Sélectionner une page
1230199102 joyeux noel

Soyeux Poël à toi, ami chevelu!

Soyeux Poël à tous !

J’ai trouvé ce très bon jeu de mots il y a quelques jours, et comme l'(excellent) Nabolo-blog est un blog d’actualité je me suis dit que ça tombait sacrément bien. Ce jeu de mots vient donc révolutionner le trop classique « Noyeux Joël ! » sympa mais lourdingue à force. Evidemment, c’est plus drôle de souhaiter « Soyeux Poël ! » à un ami chevelu (ou à un chien) qu’à un pote albinos cancéreux en pleine chimiothérapie… Comme toujours avec l’humour, il faut s’a-da-pter à son public !

En exclusivité je vous donne aussi mon jeu de mots de l’an prochain : «  Poyeux Soël ! » et celui de l’année d’après : « Ayleux Supo ! »

Faut suivre, bien sûr, parce que ça n’a rapidement plus rien à voir avec le schmilblick…

Ceci dit, qu’est-ce que je pourrais bien vous raconter sur Noël ? Que c’est à l’origine une fête païenne, celle de « Sol Invictus », auxquels les chrétiens ont substitué la naissance du Christ pour faciliter les conversions, etc…. ? A quoi bon puisque j’aurais pompé ces informations sur wikipédia.

C’est gonflant wikipédia, à chaque fois que je veux faire un article sur un thème révolutionnaire (comme Noël par exemple) je m’aperçois qu’ils ont déjà traité le sujet.

Non, je vais plutôt vous raconter le moment où j’ai découvert que le Père Noël n’existait pas… On se souvient tous de ce moment là n’est-ce pas ? N’hésitez pas à raconter le votre en commentaire, comme c’est mon blog, j’ai le privilège de commencer :p

Alors voilà : mon père était dans la salle de bain, en train de se raser dans son peignoir moche, quand j’ai fait irruption avec un doute au cœur. Je ne me rappelle plus d’où est né le doute (je crois que je m’étonnais beaucoup de la faculté du Père Noël à changer de taille, de forme et de voix d’une année sur l’autre, voire dans le courant du mois de décembre…) mais il était pesant, encombrant même, et j’avais imaginé trouver le réconfort auprès du patriarche en prêchant le faux pour savoir le vrai : j’allais lui faire croire que je savais qu’il savait que le Père Noël n’existait pas, s’il s’entêtait à dire le contraire, mon doute disparaîtrait.

S’ensuivit le dialogue suivant qui suit à la suite ci-dessous :

– Papa, je sais qu’il existe pas en vrai, le Père Noël…
– Hein ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Bien sûr qu’il existe Papa Noël !
(une once d’espoir renaissait, mais j’insistai, pour être sûr)
– Non mais c’est pas la peine de mentir, je sais qu’il existe pas…
– Mais si, je t’assure…
– Non c’est pas vrai.
– Hmm… Bon, d’accord, tu as raison, il n’existe pas.
– Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin !

pere-noel-arrive

Papa Noël a tenté de se moderniser… Mais avec un scooter c’est galère de s’envoler, ici en image, sur la piste de décolage.

C’est ainsi que quinze années de mensonges prirent fin pour mon plus grand déplaisir. Ô douloureux souvenir !

D’ailleurs, à l’heure où je vous parle par écrit, on est le deux heures du matin à 25 décembre et bien que j’ai un peu bu pour fêter l’avènement, Nana (à) Poël n’est pas encore passé pour tromper ma diligeance… Houlà ! J’ai comme l’impression qu’on y perd en cohérence tout à coup ! Je passe directement à la suite :

« Oh mais que vois-je ?! Oui, c’est bien lui ! En direct du jardin de ma grand-mère, Papa Noël vient de se poser avec son traineau… Je cours à sa rencontre pour une interview exclusive. »

Nabolo: Papa Noël, bonjour !
Père Noël:
Bonjour !
Nabolo: Tout d’abord, quel âge avez vous ?
Père Noël
: P’tit con, comment oses-tu me poser cette question ?! Respecte tes aînés et tu verras, oui, tu verras qu’à leur tour, ils te re-spe-cte-ront.
Nabolo
: Hmm hmm. Bien sûr. Pourquoi porter du vert plutôt que du rouge cette année ?
Père Noël:
Mon sponsor (ndlr : Coca Cola) m’a lâché… Et le vert c’est tendance en cette nouvelle ère écolo (c’est aussi moins cher niveau teinture).
Nabolo
: Pourquoi avoir toujours refusé de m’apporter la « boîte du petit chimiste » que j’ai commandé cinq années d’affilé et alors que j’avais été très sage ?
Père Noël
: Parce que tes parents m’avaient tous deux commandé « l’absence de boîte du petit chimiste », et qu’eux aussi avaient été très sages.
Nabolo
: Ah bon ? Je pensais que seuls les enfants avaient le droit de commander des cadeaux au Père Noël ?
Père Noël:
Effectivement, d’habitude c’est Nana (à) Poël (ndlr : notez que c’est un excellent jeu de mots) ma collègue, qui s’en occupe. Mais tu commences à m’emmerder avec tes questions…
Nabolo
: Hmm… hmm. Bien sûr.

nana à poël

Nana à Poël (la complice, pour adultes, du Papa Noël).

Terminons cet intéressant dossier (je m’occuperai de Nana (à) Poël plus tard, dans l’intimité du jardin de ma grand-mère) par une info croustillante sur les rennes du Père Noël. En France on s’en fout complètement, des rennes, mais chez nos amis anglo-saxons, les rennes ont des noms, et puis il y a surtout Rudolph, le premier d’entre eux, qu’on reconnaît facilement à son gros nez rouge. Pour la petite histoire Rudolph, c’est un peu le vilain petit canard des rennes : brimé et fui des autres rennes à cause de son nez rouge, Papa Noël va finalement l’adopter en prononçant cette phrase qui restera célèbre : « Alors comme ça, toi aussi tu es alcoolique ? »

Il est à noter que, à l’exemple du vilain petit canard qui, devenu un beau grand cygne, vole en hiver, Rudolph, lui aussi, vole en hiver. Mais ce n’est pas un cygne, c’est un renne. Ou « une » renne. Peut-être.

rudolph800

Sous ses airs de vilain petit canard, Rudolphe le renne est en fait un (ou une, je me rappelle jamais) renne.

Pour ceux qui souhaitent incorporer la légende de Rudolph dans leur foyer, voici un vrai truc et astuce (puisqu’après tout c’est le nom de cette rubrique) afin de tromper les mioches incrédules qui mettrait en doute l’existence des rennes du Père Noël : bouffez des carottes jusqu’au trognon que vous irez cacher dans le jardin. Vos enfants n’en reviendront pas et c’est bon pour le teint !

Ps : A l’intention de Papa Noël : tout ce que je dis dans cet article est fait sans mauvaises intentions, c’est juste pour rire. Moi, je crois en toi… Et d’ailleurs, si on admet qu’une chose existe à partir de sa manifestation, tu existes, indubitablement.

Pin It on Pinterest

Share This