Poèmes Vieilles souches d'arbre avec de la mousse

Published on septembre 24th, 2009 | by Nabolo

2

Souches

souche

Je suis pas convaincu par le titre, mais l’image est jolie…

Quand le temps, fossoyeur fort de sa grande pelle,
Enfouit les souvenirs sous la glèbe des ans,
Ils gémissent, ils ploient… Mais répondent présent
à ceux qui les rappellent.

Ta mémoire aurait pu triompher de l’âge et
Faire des décennies une simple vétille.
Or si, pour moi, « jadis » et « hier »  s’entortillent
Peut-être as-tu changé ?

Entre deux postulats néanmoins je préfère
celui qui perpétue l’affection et l’amour ;
présumant qu’être amis c’est l’être pour toujours
sauf preuve du contraire.

Je sais ce que tu es car je l’ai déjà su,
J’ai senti et touché l’écorce de ton tronc,
Tes feuilles ont changé à force de saisons,
Oui, mais à ton insu,

Elles n’ont pas bougé d’un pouce nos racines :
Que ta branche s’éloigne en explorant les cieux,
Que ta cime, en croissant, se soustraie à mes yeux,
Tu restes ma voisine.




2 Responses to Souches

  1. Nabolo says:

    Si quelqu’un a un meilleur titre, qu’il n’hésite pas surtout!

  2. Nabolo says:

    Un super-méga-grand merci à Jérémie, réparateur de vers boiteux et suggestioneur de poésie! Les retouches que tu m’as conseillées apportent beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).