Aventures Portfolio de Nabolo romantique Inde et Bollywood

Published on août 20th, 2010 | by Nabolo

6

Portfolio Bollywoodien

figurant bollywood

Zoolander: un film culte pour tous ceux qui, comme moi, travaillent dans le milieu de la mode.

Aujourd’hui j’ai poursuivi ma carrière de star bollywoodienne en constituant mon premier « portfolio » comme ils disent ici. Je crois qu’on appelle ça un « book » en français (aussi étonnant que cela puisse paraître).

En tous cas l’endroit n’était pas facile à trouver. J’avais obtenu l’adresse sur internet : le prix était raisonnable et le texte chaleureux. J’ai pris le métro-tram-train de Bombay, celui avec les wagons qu’ils utilisent dans les documentaires d’Arte pour reconstituer les déportations de 1942 : avec grillage aux fenêtres et cargaison compacte. Il faut se battre pour monter, il faut se battre pour respirer à l’intérieur et devinez ce qu’il faut faire pour sortir ? En revanche tout le monde est solidaire de la situation, et à chaque fois que je monte, il y a toujours quelqu’un pour me tendre la main quand les autres m’expulsent involontairement au dehors (il n’y a pas de porte) ou pour m’indiquer à quelle station je dois descendre.

Ensuite il a fallu trouver le « building number 9 » de la rue/quartier « Amrut Nagar ». La rue/quartier n’était indiquée nulle part. Quant au building, c’est comme ça qu’ils appellent leurs « blocks » à l’américaine. Mais il y a tellement d’ordures, de draps tendus, d’échoppes qui débordent, de sons, de bruits, de tout qu’on s’y perd. J’ai sympathisé avec les pharmaciens du coup, à force de passer et de repasser devant chez eux, et eux de m’indiquer à chaque fois une nouvelle direction au fur et à mesure que mes allers-retours me permettaient de cerner plus distinctement l’adresse de ma destination finale.

Bon.

Mona, la photographe, m’attendait dehors. Elle me fit entrer dans son studio qui est aussi l’appartement familial. J’ai rapidement été présenté à toute la famille (sauf la fille), Ahmed, le père, extrêmement courtois ; Adil, le fils, sympathique et intelligent : lui (aussi) est acteur, sans compter qu’il est le plus jeune enfant à s’être jamais servi d’un ordinateur ! Il savait utiliser un clavier à l’âge de deux ans, témoins l’article de presse et la lettre du ministre. J’ai passé un bon moment avec eux, et au bout d’une heure, après avoir mangé mes biscuits et bu mon chai au gingembre-fait-maison, j’allais repartir en les saluant chaleureusement quand Mona a estimé qu’il était temps de commencer à prendre des photos.

Bon.

figurant bollywood

Nabolo détrônera-t-il Hansel cette année?

On a fermé les volets de la chambre, tendu une grande toile blanche dans le fond et allumé trois projecteurs : le premier envoie la lumière, le deuxième empêche la réflexion, et le troisième remplit les coins d’ombre qui restent, m’a-t-on expliqué. Mona m’a passé un coup de fond de teint, elle a mis de l’ordre dans mes cheveux, un peu plus de noir sur mes yeux, etc. Et puis la séance a commencé : je me suis mis debout entre le fond blanc et les projecteurs, Mona a armé son appareil, Ahmed était là pour me guider.

La première chose à savoir m’a-t-il appris, c’est qu’il faut toujours baisser le menton, non pas comme ça, un peu moins exagéré ! Ahmed prétend que l’atout indispensable à un modèle ou un acteur, c’est une belle ligne de mâchoire, carrée aux extrémités pour distinguer clairement la tête et le cou. Il m’a conseillé de m’entrainer à dessiner la mienne… Gné ? Non j’avais bien compris : en faisant des exercices de cou ou des pompes. Pour l’heure je me suis contenté de serrer les molaires et de baisser le menton. Mona a pris des expressions que je devais imiter et plaçait sa main pour orienter mon regard.

Quand elle disait « smile », je souriais ; quand elle disait « frown », je fronçais ; quand elle disait « laugh » je riais… Mais quand elle a dit « romantic » je ne savais pas trop quoi faire. Elle avait l’air de suggérer que ce n’était certainement pas avec les yeux grands ouverts ! Alors j’ai pris mon air le plus romantique avec les yeux plissés. Mais je m’imaginais plutôt avec la tête du gamin satisfait d’avoir fait une connerie, je ne sais pas pourquoi. Ce n’est pas forcément évident de savoir, sans miroir, à quelle expression conduisent les contractions de vos muscles faciaux.

Ensuite Mona a sorti toute une collection de costumes. Elle m’a demandé comment étaient mes bras ? J’ai immédiatement dégainé mes biceps avantageux, dont le volume effraierait n’importe quel pongiste de niveau débutant. Mona a estimé que ça ferait l’affaire, et m’a refilé une chemise on ne peut plus cintrée dont les manches avaient été déchirées façon « bad boy », ce qui est aussi le nom de l’attitude qu’elle m’a demandé d’emprunter. J’ai pensé très fort au film « Zoolander » de Ben Stiller tout en jouant les méchants.

Après ça, blazer, chemise rouge et lunettes, j’ai joué les professeurs. Mona m’a aussi mis un crayon et un cahier en main, elle m’a dit d’utiliser la toile noire de fond (qui avait remplacé la blanche) comme je le ferais d’un tableau noir pour expliquer la vie à des étudiants.

Je suis impatient de voir le résultat, déjà parce que mordiller les branches de mes fausses lunettes du coin de la bouche ça doit me donner un air assez pervers, ensuite parce que j’ai très envie de découvrir le décor de classe que Mona compte rajouter via photoshop.

figurant bollywood

Patrick Swayze: la mâchoire carrée de toute une génération.

Après j’ai eu droit à la chemise verte à carreaux canadiens, et au blouson en cuir avec chapeau noir trop petit pour moi. Adil venait de temps en temps me demander de lui apprendre comment on disait ceci ou cela en français, et le notait dans son petit cahier (quand nous avons parlé de jeux vidéos, je n’ai pas manqué de lui recommander Dofus : si un jour le jeu démarre en Inde et en Asie, ce sera grâce à moi).

Bref, pour les derniers clichés, Mona m’a aspergé d’eau : pour que j’aie l’air d’un « homme viril en sueur ». Vu la chaleur ce n’était pas vraiment nécessaire d’utiliser tous ces effets spéciaux.

Voilà, c’est tout pour l’instant ! J’attends le résultat de ces photos avec impatience : je vais en inonder le marché bollywoodien !

PS : Ce soir avec mon hôte on s’est maté « Rocky » ; un EXCELLENT film, j’aurais jamais cru ! J’en ai profité pour faire mes exercices de dessinage de menton-mâchoire (trouvés sur internet). Il faut :

  1. Appuyer avec le doigt sur le menton
  2. Ouvrir la bouche à moitié
  3. Enrober les dents avec les lèvres
  4. Attendre trente secondes et recommencer

Ca vous fait une mâchoire carrée à la Patrick Swayze: si je deviens pas une star après ça ! D’ailleurs, dans le milieu, je suis déjà un peu ghost…


Edit du 21/08/2010: pour voir les photos: http://www.facebook.com/album.php?aid=193032&id=502019542&l=a6515ab517

Pardon, on vient de me faire remarquer que le lien ci-dessus ne marche que pour mes contacts privés. Pour les autres ce sera donc: http://www.facebook.com/album.php?aid=201683&id=117651714946 ou en devenant fan de la page « Nabolo Nabolo-blog » sur facebook..




6 Responses to Portfolio Bollywoodien

  1. jeremie says:

    Allez, dans quelques mois, c’est Roustan et Adjani à l’écran ! ;-) Fonce !

  2. Edayna says:

    Oh non, moi qui voulais voir les photos… Il fallait les mettre sur le compte Facebook de Nabolo !

    Sinon premier commentaire sur ce blog ; j’aime beaucoup le style et la pointe d’humour dans les articles. Bon courage pour ta carrière de future star du petit écran !

  3. Edayna says:

    Pour voir les photos il faut y avoir accès et donc être ton ami ! J’ai Nabolo en contact facebook mais pas le Bruce Wayne caché derrière (la preuve que je lis jusqu’au bout, je reprends les
    super références).

  4. Nabolo says:

    C’est bon, ça marche cette fois?

  5. Edayna says:

    Ahah oui nickel, merci ! La classe mine de rien le pneu… c’est un outil comme un autre remarque… et le mini chapeau… rien à dire !

    Question : arriverais-tu à résoudre les équations de la photo n°1234 ?

  6. Edayna says:

    J’avoue je suis bluffée tellement c’est convaincant. Reste à savoir comment le jouer ce « non ». Un Non outré ? dépité ? moqueur ? hautain ?

    No… no… no you can’t do that !

     

    (ok j’arrête !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).