(roman) Olympe 21 Zeus au pied du mont Olympe

Published on juillet 1st, 2011 | by Nabolo

0

Olympe 21: le réveil de Zeus

J’ai pas de scanner sinon je vous aurais mis mes propres illus… :/ Vous y perdez, vraiment!!

Zeus se réveille en pleine sieste, à cause d’un bruit inhabituel. Il se lève de sa couche de nues et de marbres mêlés, tout confort, qui lui a si bien maintenu le dos pendant des milliers d’années (merci Esculape les bons tuyaux) et il se gratte la barbe. Du côté gauche plutôt, là où des poils s’entrecroisent parfois en l’irritant, même s’il se gratte surtout par habitude, en fait.

Le bruit qui l’a réveillé se renouvèle et Zeus ouvre grand les yeux.

En tant que roi des dieux, quand Zeus ouvre les yeux en grand, il voit trèèès loin, beaucoup, beaucoup plus loin que toi petit n’enfant ! Et ce qu’il voit ce matin là le fige: le monde a changé. Un somme de deux mille ans à peine et la terre est mais-con-nez-sable ! L’étendue des changements est telle que seule sa nature de Dieu lui permet de l’assimiler toute entière… Et la dernière de ces nouveautés, la plus ignominieuse, il va y mettre fin tout de suite (il est vénère en fait).

Zeus bondit sur le premier nuage venu qui l’emporte immédiatement en aval, non loin du sommet de l’Olympe où les Dieux Grecs ont jadis élu domicile. Là-bas, en place d’un contrefort que le roi des Dieux a l’habitude d’utiliser comme perchoir pour contempler l’univers, un gros immeuble gris s’élève lentement, porté au ciel par le fourmillement d’une centaine d’ouvriers. Zeus s’y précipite. Apercevant un petit homme coiffé d’un casque jaune (et d’autres équipements qu’il ne reconnait pas), Zeus se présente à lui sous sa forme humaine, non sans faire gronder le tonnerre.

– Comment oses-tu, mortel, fouler de tes pieds sales le sol sacré de ce sanctuaire ? C’est quoi ce bordel en bas de chez moi ?!

– Vous êtes l’ancien propriétaire ? répond le petit homme, à peine surpris, Je suis le PDG d’Immobilos, c’est nous qui avons racheté.

– Racheté… Racheté quoi ?! bouillonne Zeus.

– Eh bien, l’ensemble de votre propriété : l’Olympe, de la base au sommet. Nous allons en faire la première résidence suspendue du monde ! D’ailleurs merci pour le folklore, c’est ça qui porte le projet.

– Mais… Mais… Sais-tu au moins à qui tu parles mortel ?! Je suis Zeus, roi des Dieux et maître de la foudre : ta « résidence » j’en fais des confettis !

Et Zeus joint le geste à la parole en saisissant un brin de foudre perdu dans ses cheveux qu’il projette avec adresse sur l’immeuble en construction.
La foudre est instantanément absorbée par un gigantesque poteau métallique.

– Notre dernier modèle de paratonnerre, se permet d’intervenir le nabot insolent, Nous étions prévenus que le coin serait soumis aux intempéries.

Comme Zeus reste bouche bée devant l’absence d’effets de son éclair, le PDG d’Immobilos ajoute et conclut :

– Tenez, je vous laisse ma carte, n’hésitez pas à me contacter si vous ne trouvez pas où loger : nous venons de sortir une série de pavillons très sympa sur tout le pourtour de la Méditerranée.

Le petit homme effleure son casque jaune en guise d’au revoir et puis s’en va.
Zeus regarde, perplexe, la carte de visite qu’on a glissée entre ses gigantesques doigts… Merde ! Comment va-t-il annoncer la nouvelle à Héra ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).