Sélectionner une page
moustique

Zzzzzzzzzzzzzz

Pour en savoir plus sur les raisons de cet article je vous invite à lire l’article original en cliquant sur le lien suivant: « Trompidouf » devient « IndianaTom »

J’aimais bien ce passage mais c’est vrai qu’en soit il n’apporte rien du tout à l’histoire. Dans la version originelle il se déroule alors que la saison chaude commence à Delhi.


(…) Bref, aujourd’hui je suis crevé car c’est la fin de semaine et puis surtout, je n’ai quasiment pas dormi de la nuit : « Cyrano », un jeune moustique audacieux, m’a choisi pour victime de ses succions et pourfendu avec insistance pendant des heures. Ses ailes vibraient dans mon oreille à chaque fois qu’il retirait son dard de ma chair… Alors je me levai, cherchai l’interrupteur dans un demi coma… Trop tard : il avait disparu.

Je n’ai jamais compris pourquoi les moustiques pompent autant de sang, et pourquoi il ne le pompent pas d’un seul coup ? Ils pourraient piquer et se casser tranquille, ni vus, ni connus, mais non, ils remettent ça, ils le font en plusieurs fois ! Alors ça nous fait X cloques et ils finissent bien un jour par se faire éclater contre un mur à l’instar de Cyrano que j’ai fini par choper bien comme il faut. Son cadavre écrabouillé trône encore au dessus de mon lit en signe d’avertissement à tous ses congénères.

Hélas, Cyrano avait un jeune frère du nom de Dracula. Ils avaient été séparés à l’enfance et Dracula, que le souvenir impérissable de son aîné hantait nuit et nuit, avait traversé monts et vallées pour le retrouver au « 211 bis » Padme Street, de Jungpura. On imagine la colère de Dracula quand il découvrit Cyrano éclaté comme un merde au dessus de mon lit. Et c’est ainsi qu’il jura solennellement de me casser les couilles.

Dracula était aussi malin que Cyrano, et j’étais faaaaaaaatiiiiiiiiiguééééééééééééééé. Je me réveillai à son approche, allumai la lumière, et tapai aveuglément dans le vide de mes couvertures, en espérant sans trop y croire, terrasser mon adversaire. Je n’y parvins pas mais le contraignis à un décollage forcé : en voyant sa silhouette se détacher lentement de la couverture brune, je sentis la haine, la fatigue, la rancune éternelle que je nourris contre les moustiques depuis qu’ils m’ont pris mon chien, mort de la leishmaniose, se concentrer en une seule boule de rage, compacte, explosive… La poussière se souleva de la chambre. Le plâtre du plafond se détacha par petites plaques qui s’effritèrent et fondirent avant d’atteindre le sol. Mes draps ondulaient sous la force des vagues d’énergie brute qui émanaient de mon corps tandis que mes cheveux se dressaient sur ma tête en épis fluorescents et que je frappais en poussant le cri de guerre bien connu de tous les chasseurs de moustiques :

« MAIS TU VAS ME LAISSER DORMIR ENCULé?!?!!!! »

Dracula s’écroula, inerte. Il n’était pas mort, non, simplement étourdi : je pouvais sentir son cœur battre entre mes doigts. Il eut assez de dignité pour ne pas me supplier, et moi, pour lui offrir une mort rapide. Mais bien que ce duel d’homme à moustique se fût déroulé selon les règles, Muchacha, la cousine par alliance de Cyrano et Dracula, ne me pardonnerait jamais leur disparition, non plus que leurs parents, leurs enfants et le reste de leur nombreuse famille.

Pin It on Pinterest

Share This