(roman) Travaux sur INDIANA TOM Illustration d'un épisode d'Indiana Tom, le roman de Nabolo d'un stagiaire à l'ambassade de France en Inde

Published on janvier 16th, 2010 | by Nabolo

4

L’épisode du moustique

moustique

Zzzzzzzzzzzzzz

Pour en savoir plus sur les raisons de cet article je vous invite à lire l’article original en cliquant sur le lien suivant: « Trompidouf » devient « IndianaTom »

J’aimais bien ce passage mais c’est vrai qu’en soit il n’apporte rien du tout à l’histoire. Dans la version originelle il se déroule alors que la saison chaude commence à Delhi.


(…) Bref, aujourd’hui je suis crevé car c’est la fin de semaine et puis surtout, je n’ai quasiment pas dormi de la nuit : « Cyrano », un jeune moustique audacieux, m’a choisi pour victime de ses succions et pourfendu avec insistance pendant des heures. Ses ailes vibraient dans mon oreille à chaque fois qu’il retirait son dard de ma chair… Alors je me levai, cherchai l’interrupteur dans un demi coma… Trop tard : il avait disparu.

Je n’ai jamais compris pourquoi les moustiques pompent autant de sang, et pourquoi il ne le pompent pas d’un seul coup ? Ils pourraient piquer et se casser tranquille, ni vus, ni connus, mais non, ils remettent ça, ils le font en plusieurs fois ! Alors ça nous fait X cloques et ils finissent bien un jour par se faire éclater contre un mur à l’instar de Cyrano que j’ai fini par choper bien comme il faut. Son cadavre écrabouillé trône encore au dessus de mon lit en signe d’avertissement à tous ses congénères.

Hélas, Cyrano avait un jeune frère du nom de Dracula. Ils avaient été séparés à l’enfance et Dracula, que le souvenir impérissable de son aîné hantait nuit et nuit, avait traversé monts et vallées pour le retrouver au « 211 bis » Padme Street, de Jungpura. On imagine la colère de Dracula quand il découvrit Cyrano éclaté comme un merde au dessus de mon lit. Et c’est ainsi qu’il jura solennellement de me casser les couilles.

Dracula était aussi malin que Cyrano, et j’étais faaaaaaaatiiiiiiiiiguééééééééééééééé. Je me réveillai à son approche, allumai la lumière, et tapai aveuglément dans le vide de mes couvertures, en espérant sans trop y croire, terrasser mon adversaire. Je n’y parvins pas mais le contraignis à un décollage forcé : en voyant sa silhouette se détacher lentement de la couverture brune, je sentis la haine, la fatigue, la rancune éternelle que je nourris contre les moustiques depuis qu’ils m’ont pris mon chien, mort de la leishmaniose, se concentrer en une seule boule de rage, compacte, explosive… La poussière se souleva de la chambre. Le plâtre du plafond se détacha par petites plaques qui s’effritèrent et fondirent avant d’atteindre le sol. Mes draps ondulaient sous la force des vagues d’énergie brute qui émanaient de mon corps tandis que mes cheveux se dressaient sur ma tête en épis fluorescents et que je frappais en poussant le cri de guerre bien connu de tous les chasseurs de moustiques :

« MAIS TU VAS ME LAISSER DORMIR ENCULé?!?!!!! »

Dracula s’écroula, inerte. Il n’était pas mort, non, simplement étourdi : je pouvais sentir son cœur battre entre mes doigts. Il eut assez de dignité pour ne pas me supplier, et moi, pour lui offrir une mort rapide. Mais bien que ce duel d’homme à moustique se fût déroulé selon les règles, Muchacha, la cousine par alliance de Cyrano et Dracula, ne me pardonnerait jamais leur disparition, non plus que leurs parents, leurs enfants et le reste de leur nombreuse famille.




4 Responses to L’épisode du moustique

  1. Kitcham says:

    Ca n’apporte peut-être rien à l’intrigue, mais j’adore. :)

  2. Poringomania says:

    *Bzzzzz*… Ploc, ploc, ploc, ça y est, il est la ghurz parfaite pour chasser en furtif, et récolter un peu de jus nourricier dans les monts chauds et mouvants. Je commence l’enregistrement, lancez
    l’opération R. *Gzz*Escadron 1, en approche de la cible. Aucun mouvements repérer, les capteurs ne nous signale aucun danger, over. *Gzz* *Bzz*C’est bien trop calme, restez sur vos gardes, over.
    *Bzz* *Gzz* O.K., ravitaillement chargez la marchandise, et on repars. *Gzzz* *Gzz* Chef? Mon capteur commence a s’affoler un peu, je crois qu’on devrai… *KRRRRRRRRZZZZZ* *Gzz* Unité 2? Vous
    m’entendez? Unité 2?… OH MON DIEU, IL FONCE DROIT SUR NOUS! CASSE… *KKKKKKRRRRAAAAZEZZZZZZ* —— *Bzzz* « Voila chère Madame, la boite spore que nous avons pu récupérer sur les lieux de
    l’accident. Votre mari était un Bzzzéros. » La pauvre femelle, dépité, avec seulement 5748293892 enfants a charge, ne pouvait que sangloter les quelques larmes de pu immonde que renfermait son
    corps, avant de partir en quête d’une nouvel accouplement. _______________________________________ Dure dure, la vie d’un moustique. Bon, hein, il est 3H de mat, bientôt, il fallait bien que je
    fasse ma moustique histoire! Bzzz à toi. Je vais aussi tenter, un jour, d’apprendre à écrire. Donc, pour ça, il faut que je lise. Bon apprentissage, jeune padawan plus vieux que moi.

  3. Poringomania says:

    Oui, bon, dans le monde des moustiques, Madame veut dire Monsieur, et Monsieur veut dire Madame.

    Nah.

    (Par contre j’ai pas compris pourquoi le dieu de l’ordi m’a sournoisement mangé ma mise en page en retirant mes sauts de ligne…)

  4. I-ko says:

    Tu as oublié de dire que le moustique aime particulièrement venir vrombir JUSTE à coté de l’oreille, juste pour t’enmerder.
    Il pourrait pas fermer sa gueule? Mais nan, non seulement il s’amuse à te piquer à des endroits censé être planqué sous les draps, il se sent obligé de te narguer et t’empêcher de pioncer
    peinard…
    Le moustique est un GROS CONNARD. c.q.f.d.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).