Sélectionner une page

Cet article est tellement transcendantal que je me suis senti un bonne vieille illu bien fluo.

Aujourd’hui chers amis aventuriers du quotidien (car oui, je le rappelle : la Philosophie de l’Aventure s’applique AUSSi au quotidien) je vous donne un truc pour être plus heureux, parce que, voyez vous, j’suis sympa.

Ce que j’appelle « l’art de se concentrer sur l’objectif supérieur » pourrait s’appeler la « macro-pensée » ou le « gagne-grand » par opposition au « gagne-petit » (ou encore « Nsjdkbr »). Il s’agit de ne pas perdre de vue le VRAI objectif de ce qu’on est en train de faire.

PAR EXEMPLE :

« Vous êtes dans une soirée avec plein de gens sympas quand tout à coup, quelqu’un renverse son verre sur vos vêtements tout neufs… la personne s’excuse mais c’est trop tard : vu qu’il buvait du ketchup vous êtes bon pour puer la fausse tomate toute la soirée. Deux choix s’offrent alors à vous :

–          Le choix de la « pensée étroite » : une boule vous monte du ventre et vous la laissez exploser : c’est vrai, merde ! Il aurait pu faire attention ! Ce pantalon coûtait une blinde et votre look est tout gâché. Vous vous énervez contre le coupable qui, d’abord mal-à-l’aise, mais se sentant de plus en plus insulté, est de moins en moins enclin à se faire pardonner. L’ambiance autour de vous pâtie de l’évènement : votre ami qui organise la fête s’inquiète de voir deux de ses potes se prendre le chou… Et vous allez probablement passer le reste de la soirée à ruminer l’évènement en évitant de croiser les regards du coupable, le corps parcouru de fluides pas-bons-pour-la-santé et d’énergie négative. Bénéfices de l’opération ? Aucun.

–          Le choix de la « pensée large » : une boule vous monte du ventre… l’incident est fâcheux mais… à quoi servait ce pantalon ? Quel était donc l’objectif que vous aviez en l’enfilant ? Et celui de votre présence à cette fête ? Le vrai objectif derrière tout ça, c’était de passer une bonne soirée. Or cet objectif n’est pas compromis, vous avez encore toutes les cartes en mains ! De plus, et à moins que le coupable ne boive aussi de la vinaigrette dont il tiendrait un verre plein dans la main droite il y a peu de chance qu’il récidive (ou alors c’est qu’il vous hait très fort). Donc l’engueuler n’a aucune utilité pratique, alors que si vous dédramatisez la chose, lui n’en sera que plus à l’aise et donc enclin à vous aider (oui car il est scientifiquement prouvé que les gens ont tendance à fuir les situations qui les mettent mal à l’aise).

Voilà pour l’exemple. Tout le monde l’a bien compris : il s’agit de toujours voir plus loin que l’inconvénient présent. Ca marche dans tout un tas de situations différentes, pourvu que vous activiez la phrase-clef au bon moment : « Quel est mon vrai objectif ? » ou « Quel est mon objectif supérieur ? ». Ne pas perdre ses objectifs de vue vous évitera bien des déboires et des dépenses d’énergie inutiles :

AUTRE EXEMPLE : vous êtes en colocation, et votre colloc’ commet un acte désagréable non-récurent. Si vous lui tombez dessus ça risque de pourrir l’ambiance pour longtemps. Vous vous ferez peut-être respecter sur le moment mais votre « objectif supérieur » sera desservi par cette victoire, puisque votre objectif supérieur est de vous sentir bien chez vous !

Si vous êtes un peu perdu au départ, je vous invite à pratiquer carrément la pensée HUBER-large qui consiste à : vous remémorer la raison pour laquelle vous avez choisi de vivre… les petites contrariétés du quotidien paraîtront encore plus petites. Vous n’avez pas de raison de vivre ? Ben merde alors ! Relisez les chapitres concernant la Philosophie de l’Aventure ! :p

EXERCICE PRATIQUE : faites des listes d’activités, d’actions, de situation, de gestes quotidiens et une liste des objectifs supérieurs qu’elles servent ou desservent, selon vous, en vérité (il y a des Nabolo-points à la clef).

  • Laver la vaisselle > sert l’objectif supérieur « bonne ambiance dans la colloc’ » qui sert l’objectif HUBpérieur : vivre une vie agréable
  • Être poli > sert l’objectif « donner une bonne image de soi » qui sert l’objectif HUBpérieur : vivre une vie agréable
  • S’habiller bien > sert l’objectif « donner une bonne image de soi » qui sert l’objectif HUBpérieur : vivre une vie agréable
  • S’énerver parce qu’un de ses habits est tâché > dessert l’objectif « donner une bonne image de soi » et donc dessert l’objectif HUBpérieur : vivre une vie agréable
  • S’énerver parce qu’un de vos amis triche au jeu de société > dessert l’objectif « passer un bon moment ensemble » et donc dessert l’objectif HUBpérieur : vivre une vie agréable

CONCLUSION:

Il ne sert à rien de réagir à des évènements qui perturberaient/nuiraient à votre activité (en orange) si la réaction nuit à l’objectif supérieur (en vert) et donc à l’objectif HUBpérieur. Vos réactions doivent être adaptées à la réalisation de vos objectifs supérieurs. Ne perdez pas votre temps, la plus part d’entre vous n’ont guère plus de 18.250 jours à vivre (soit 1.576.800.000 secondes) (Hop ! Une de moins !) (Hop ! Une de moins !) (Hop ! …)

Articles connexes

Pin It on Pinterest

Share This