Philosophie Coeur en 3D sur font rouge

Published on décembre 19th, 2009 | by Nabolo

2

L’Amour vu par la philosophie de l’Aventure

L’amour a toujours été un sujet d’actualité. Comme le Nabolo-blog est lui-même un blog d’actualité, il ne pouvait pas manquer de se pencher sur l’amour au travers de ses pages philosophiques.

Qu’est-ce que l’amour ? Comment le gérer ? Est-ce possible de le gérer ? Est-ce que ça mouille ? Vous en saurez plus en lisant cet article, oui, je sais : cette intro ne sert à rien puisque vous avez déjà commencé.

Deux amours plutôt qu’un

Distinguons pour commencer deux sortes d’amour : l’amour-affection et l’amour-passion.

bisounours cheri zoom

Une des rares personnes dont vous pouvez être sûrs qu’elle vous aimera toute votre vie…

L’amour-affection

L’amour-affection est l’amour le plus répandu. C’est celui d’une mère pour son enfant, celui d’un(e) ami(e) pour un(e) ami(e), éventuellement de deux époux, etc.

Cet amour est lié au fait de recevoir. C’est la forme d’amour la plus répandue et la plus recherchée, d’aucun prétendent que tous les êtres humains en ont besoin pour vivre (postulat auquel je ne m’aventure pas, on ne sait jamais).

Cet amour compte différentes formes d’expression telles que la tendresse, l’écoute, l’attention, les pensées, les caresses, le pardon, la patience, etc. Il est difficilement périssable.

Une grande partie des êtres humains (l’énorme majorité en France) grandit avec cet amour-affection que prodiguent en général les parents. Lorsque les parents disparaissent ou que les enfants quittent le domicile familial, ces derniers cherchent naturellement une nouvelle source d’amour-affection, et c’est ainsi qu’ils finissent par se marier et fonder une famille.

BelleEtClochard

Ok, c’est la passion le temps d’une gammelle de spaghettis, mais après, quand ils ont fini leurs barillas, elle devient quoi leur histoire, hmm? La même chose que leur plat.

L’amour-passion

L’amour-passion est plus rare que l’amour-affection (il est loin d’être rarissime pour autant), car il est prouvé que certains individus n’y ont jamais accès, ou ne le subissent jamais (au choix de la formulation). De plus, il peut s’exprimer à des niveaux d’intensité très variables.

L’amour-passion est lié au fait de donner et donc d’être reçu/accepté.

Cet amour compte différentes formes d’expression telles que les pensées, le désir de possession, le désir sexuel, la jalousie, les troubles de la raison, etc. Il est facilement périssable.

Une grande partie des êtres humains (l’énorme majorité en France) tente l’aventure du couple, voire du mariage avec la source de leur amour-passion. Grossière erreur !

Pas deux dans le même panier !

En France (I’m-an-international-boy-very-bilinguish-but-today-we-talk-about-France-yes-we-can-!) le schéma classique de la vie amoureuse d’un humain est le suivant, en gros:

Enfance : Amour-affection (source = famille) + Amour-passion (source = famille)
Puberté !

Adolescence : Amour-affection (source = famille + amis/amies) + Amour-passion (source = amant/amante)
Quitte le domicile familial !

1er Age adulte : Amour-affection (source = époux/épouse/compagnon) + Amour-passion (source = époux/épouse/compagnon)
2ème Age adulte : Amour-affection (source = époux/épouse/compagnon + enfants) + Amour-passion (source = amant/amantes)
Divorce ! Séparation !

3ème Age adulte : Amour-affection (source = enfants ou absence de source) + Amour-passion (source = amant/amantes ou absence de source)
Mort !

Non, je n’envisage pas tous les cas de figure, oui j’ai mis de côté les cas particuliers… et j’insiste : je ne parle pas ici des générations de grands-parents qui se sont aimés toute leur vie. Je parle des nouvelles générations pour lesquelles coucher avec son prochain ne nécessite pas un voyage de quatre jours à dos d’âne jusqu’au village voisin mais quelques clics sur internet, pour lesquelles jurer de s’aimer pour la vie ne signifie pas « de quatre à cinq ans avant d’aller mourir à la guerre » mais, au bas mots, quarante années non-stop.

Il y a donc une case « divorce/séparation » dans mon schéma, quasiment inévitable pour les générations à venir. Mais que les mariés repassent par la mairie ou non, c’est égal en ce qui concerne la suite. Ce qui compte, c’est de constater que l’amour-passion est périssable, et qu’une fois mort, il peut avoir besoin d’être renouvelé. Et peu importe que mon schéma s’applique sur la durée d’une vie ou sur une période plus restreinte, le vrai problème est ici :

Que l’humain tire d’une même source son amour-affection et son amour passion, et donc que le tarissement de la source d’amour-passion entraîne celui de la source d’amour-affection.

Dans la plupart des cas c’est ce qui se passe :

  1. Jojo tombe amoureux de Nini.
  2. Jojo dit au revoir à sa famille (source d’amour-affection), ses amis (source d’amour-affection) et s’abreuve d’amour auprès de Nini qui présente l’avantage d’être à la fois une source d’amour-passion ET d’amour-affection (contrairement à la famille et aux amis de Jojo).
  3. Un jour la source d’amour-passion de Nini se tarit. Jojo et Nini se séparent. Comme les parents de Jojo sont morts et que ses amis n’en sont plus, Jojo ne reçoit plus d’amour-affection. Il peut toujours trouver l’amour-passion chez ses amantes, mais c’est l’amour-affection qui est vitale. Jojo pleure.

Partant du fait qu’il est impossible d’empêcher une source d’amour-passion de se tarir au bout d’un moment, comment faire en sorte de conserver active la source d’amour-affection ?

Conserver la source d’amour-affection originelle

Tanguy Front

Tanguy le film, avec l’Auberge Espagnole un des plus représentatif d’une certaine génération… :-/

Vivre chez ses parents

Ah ! Les parents et l’amour éternel qu’ils portent à leurs enfants ! Pourquoi chercher une source d’amour-affection ailleurs lorsqu’on peut se contenter à jamais de la source d’origine ? Outre le fait qu’il est totalement insupportable à la majorité des gens de passer leur vie dans la même cahute que leurs vieux cons, reste que ces derniers finiront bien par crever et que mieux vaut investir dans une source d’amour-affection de sa génération.

Conserver la nouvelle source d’amour-affection après disparition de l’amour-passion

Le couple libre

Une fois mariés et la source d’amour-passion disparue (allez, tapons large, disons : « au bout de cinq ans ») l’amour-affection pour son époux/épouse demeure. Il reste deux possibilités pour assouvir ses besoins d’amour-passion : le/la tromper, c’est à dire lui mentir, ou bien aller voir ailleurs et le lui annoncer, voire l’inviter à faire de même ou à le faire ensemble. A priori une solution viable, mais dangereuse tout de même quand les règles ne sont pas posées clairement ou qu’on n’a pas le « mental » pour les appliquer (peu de gens l’ont).

Mettre une croix sur l’amour-passion

La troisième alternative est bien sûr de mettre une croix définitive sur l’amour-passion et se contenter d’amour affection. C’est possible, mais ça ne l’est pas forcément pour tout le monde, ni sans difficultés… En gros ça risque de se faire dans la douleur.

Distinguer les sources d’amour-passion et d’amour-affection

Vivre en communauté

hippie photos vieux

Love is colorful.

Dans le schéma donné plus haut, la situation décrite au « 1er âge adulte » est une situation qui est censée remplacer celle décrite au niveau « Enfance ». L’humain mène une quête pour retrouver une source d’amour aussi abondante que celle qu’il a connue dans son passé (ou une source d’amour tout court s’il n’en a jamais connu) mais à laquelle il ne peut plus s’abreuver. En fondant une famille, l’humain créé sa propre source d’amour-affection, elle se compose en général d’enfants (une source d’amour-affection difficilement périssable) et d’une personne du sexe opposé, choisie généralement au prétexte qu’elle est aussi la source d’un amour-passion… et c’est peut-être là qu’est l’erreur !

Pourquoi faire de sa source d’amour-affection quelqu’un qui à l’origine est une source d’amour-passion ? C’est mettre ses œufs dans le même panier et prendre de gros risques pour la suite. Mieux vaut fonder une famille avec des amis qu’on connaît depuis longtemps et dont on a pu vérifier la solidité de l’affection plutôt que de confier ce rôle pilier à un(e) parfaite inconnu(e) ! Ca paraît logique dit comme ça, et pourtant la grande majorité d’entre nous fait le contraire.

Après, tout est question d’organisation, il n’y a pas de modèle car cette façon de faire n’est pas entrée dans les mœurs. Bien sûr, il y a des difficultés à choisir cette option, mais ce n’est pas comme s’il n’y en avait pas à former un couple dont la forme originelle est, tôt ou tard, destinée à disparaître.

Adopter des enfants ou des animaux

escargot

Franchement, quoi de plus affectueux qu’un escargot?

Voici une solution simple, qui assure une source d’amour-affection certaine. L’inconvénient majeur est qu’il est difficile de se disputer au sujet du ménage avec un chat ou de demander à un gamin de quatre ans de préparer la bouffe.

Avoir un ami imaginaire / croire en Dieu

C’est sans conteste la solution la moins contraignante. S’aimer soi-même, à travers Dieu ou un ami imaginaire permet une grande indépendance, une grande liberté, sauf si vous vous faites choper par ces enfoirés en blouse blanche !!!

Mais je ne me laisserai pas faire la prochaine fois…




2 Responses to L’Amour vu par la philosophie de l’Aventure

  1. Daenn says:

    « Mieux vaut fonder une famille avec des amis qu’on connaît depuis longtemps et dont on a pu vérifier la solidité de l’affection plutôt que de confier ce rôle pilier à un(e) parfaite inconnu(e)
    ! »
    C’est pas tout à fait un(e) inconnu(e), même si c’est clair qu’on connaît généralement mieux ses potes de 7-8 ans que la nouvelle copine. Mais n’est-ce pas là la solution ? Mettre tous ses oeufs
    dans le même panier, mais en s’assurant de la solidité du panier d’abord (en gros, attendre quelques années avant d’ajouter les enfants à l’équation).
    Mais bon, je crois que malgré les similitudes des histoires, comme chacun perçoit les choses différement, y’aura pas de solutions universellement valable. ^^

  2. Jeremie says:

    J’aime beaucoup cette analyse.
    Je vais rajouter 2 notions histoire de mettre de mon grain de sel dans la réflexion.

    Première notion : Le gros (l’énorme !) avantage de l’amour-affection sur l’amour passion, c’est que vous êtes maitre du choix de la personne avec qui vous le partagez.

    Oui MAIS, m’opposera-t-on mais c’est bien sur, puisque l’amour-passion est périssable, qu’importe ? Autant le laisser tout simplement périr de lui-même entre nous et les personnes que nous aurions
    preférées ne pas aimer.

    Deuxième notion : Cependant l’amour n’est pas mathématique et il arrive qu’un amour-passion par-ci ou par-là ne suive pas « la loi de nabolo » et s’obstine à refuser de dépérir. Et si par manque de
    chance c’est avec la mauvaise personne, vous êtes condamné à trainer ce lien malgré-vous comme un boulet… Il finit de toute façon par se rompre un jour où l’autre, mais au lieu de vous couper une
    jambe comme il aurait mieux vallu (avec un peu de chance elle aurait ensuite repoussé), il vous l’aura si longtemps écartelée que même débarassé de lui vous boiterez toujours un peu. Toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).