Sélectionner une page

Article publié dans le magazine Fluide.G n°5, sur le thème imposé « grosse et moche »… 

Jéroméo parcourt le monde à la recherche de l’Aventure.
Il nous raconte les épisodes de son périple…
Pour toi, petite !

Jéroméo, l’amoureux de l’Aventure
dans

Fritage chez Macdonalds

Ca y est petite, j’y suis, pour vivre ce qui sera peut-être ma dernière aventure : un combat contre les forces du mal. Je serre le poing en froissant le télégramme de Madame.G qui tombe dans un bruit de télégramme froissé et le caniveau, où l’encre s’efface :

 « Urgent. Stop. Deadline : faut en finir aujourd’hui avec gros & moches. Stop. Mme.G »

Je viens d’atterrir à Orlando, Florida. A peine débarqué je saute aventureusement dans un bus, direction Sand Lake Road. Au n°6875, il est là : le plus grand MacDonalds du monde. Une monstruosité en forme de barquette de frites géante d’où s’échappent des vapeurs toxiques et nauséabondes. Une usine à gros, à moches, à fric, qui requiert l’abattage en masse de milliers de gentilles vaches et d’adorables petites patates, sans compter la déforestation des cocacolatiers. Un désastre écologique de mauvais goût. Tout ça doit cesser.

Une odeur m’assaille alors que je pousse les battants de la porte. L’odeur du gras, ce même gras que des centaines de consommateurs ont sué à l’endroit où j’ai posé ma main. J’ai les doigts qui collent. Ca me dégoute… Et pourtant crois-moi petite, c’est pas la première fois que je les fourre dans un endroit dégueulasse !

Derrière la porte je découvre l’antre de la bête, le royaume du beurk et de la pork-attitude. La déco est plastique, recouverte d’une gerbative variété de couleurs jaune et rouge et jaune et rouge. Des zombies obèses s’en distinguent lorsqu’ils font l’effort de bouger pour se gaver la bouche et qu’un demi-litre de sauce cocktail leur suinte aux commissures. Il y a là des familles entières d’obèses-moches, ainsi que des gros et moches solitaires, venus pour se rassurer : ici ils sont seuls mais ils ne sont pas les seuls.

Ces pauvres tas ne sont que des victimes et le message de Madame.G est plutôt clair : il faut en finir avec leur condition. JE dois les sauver.

Au départ retenu par une irrépressible pulsion de modestie, je tente de la jouer discrétoss en allant faire la queue avec les autres, près du comptoir. Sauf que tout le monde se retourne vers moi quand je commande une « petite frite ». Ils savent : je ne suis pas des leurs. Je n’ai plus le choix… Je n’ai pas peur non plus. Enfin si, un peu, mais c’est normal car la peur est la marque du courage et je suis très très courageux.

Pour régler un problème il faut l’attaquer à la source. Or la voici justement, la source de tous ces maux, debout dans le fond de la salle, sans honte ni remords, ses grosses chaussures rouges collées sur son putain de parquet jaune. C’est lui, « it » : Ronald Macdonalds en personne, le grand responsable du surpoids et de la disparition de milliers de jolis petits culs à travers le monde.

– Motherfucker, you have to pay !! (ndlr : « Mèrebaiseur, vous avez pour payer !! » – by Google Translate)

J’avance en renversant les barquettes de frites et les burgers qui dépassent des tables. Sur mon passage, les gros alentour s’exclament « What an asshole ! » (ndlr : « Quel un cultrou ! »)

Enfin, ils se réveillent ! On dirait qu’ils identifient l’ennemi pour la première fois, comme si ma seule présence suffisait à leur ouvrir les yeux.

Ronald ne bronche pas. Il me regarde, fixement, un sourire pervers sur son visage pâle, les bras écartés comme pour prévenir : « Ici tu vas devenir gros, comme ça ! ». Alors, devant une foule ébahie, au moment où il s’y attend le moins, je lui colle une baffe, paf, direct.

Je sais ce que tu vas me dire petite : la violence, c’est mal. Et effectivement je me suis niqué la main… Mais comme disait le Ché : il n’y a pas de révolution sans baston (ou quelque chose comme ça – il parlait cubain et j’ai fait espagnol deuxième langue).

Cette ordure de clown a la tête dure. Je le saisis au corps et nous roulons par terre pendant des milliards de nanosecondes, dans les frites, le fanta et une savoureuse odeur de détergent à la citronnelle.

Autour de nous la foule s’est rassemblée pour nous regarder combattre. Pas un des spectateurs ne viendra me prêter main forte. C’est pour ça qu’il y a des héros petite, pour donner l’exemple de la vertu, du courage… J’entends leurs voix néanmoins. Quelqu’un crie : « This man is crazy ! ». Mais oh que non petite, je ne suis pas fou : juste un aventurier épris de liberté, d’égalité et du troisième truc que j’oublie toujours à la fin.

Peu importe, Ronald faiblit. Je raffermis ma prise sur son cou et donne un violent coup d’épaule… sa nuque rompt dans un craquement sonore.

– Alors, tu fais plus ton mac, Ronald ?

Pourtant décapité, le clown arbore encore un sourire goguenard et provocateur sous son épaisse tignasse plastique. Ronald Macdonalds n’est plus mais son sourire pèse toujours comme une menace sur l’humanité.

J’envoie un textolégramme à Mme.G :

 « Mission : impossible. Stop. Pas pu en finir. Stop. Mais j’ai enfin mon sujet pour article sur gros & moche. Stop. »

Pas le temps de m’attarder, ni même de soigner mes blessures (je me suis ouvert la partie supérieure de l’auriculaire gauche sur un tesson de verre en plastique) : quelqu’un a prévenu la police, j’entends la sirène des voitures. Les remerciements ? Les honneurs ? Très peu pour moi. Je ne suis qu’un chevalier de l’ombre, aventurier au grand cœur qui doit repartir vers ces pays sans nom où nous pourrions vivre heureux pour toujours petite, toi et moi, l’espace d’une ou deux soirées… Demain ou après demain ? Parce que j’ai déjà un truc prévu ce week-end.

D’ici que je t’en dise plus petite, n’oublie pas d’emprunter les chemins de l’Aventure, et qui sait ? Ils te mèneront peut-être jusqu’à moi…

With love,

Jéroméo, l’amoureux de l’Aventure

Ps : si tu n’aimes pas marcher, mon numéro et mon adresse sont disponibles à la rédaction…

Pin It on Pinterest

Share This