Sélectionner une page
histoire de baston

On aurait aimé que Franche-Teigne ressemble à ça, mais en fait non.

Pour illustrer cet article, je me dois de vous raconter une histoire… Et non des moindres ! C’est l’histoire de sept guerriers, sept aventuriers et combattants émérites qui survécurent jadis aux dangers de la perfide Albion. Le premier d’entre eux s’appelle Aventure-man. Son goût de l’aventure l’a poussé à aller étudier à l’étranger, à Birmingham, en Angleterre, où ses amis Nerveux, Inutile, Reverse-Mode et Marseillais sont venus lui rendre visite pour son anniversaire, ainsi que sa sœur Fillette, accompagné de son petit-ami: Philosophe.

Vous comprendrez bientôt que j’aie préféré dissimuler leurs noms, pour ne pas entacher l’honneur des participants à ce massacre…

Au Royaume-Uni du thé, des petits biscuits et des grosses murges au whiskey-vodka, les premiers shots sont servis sur les coups de 20h00. On n’a pas le temps de s’attarder : les boîtes de nuits ferment à deux heures, les bars à onze, il faut commencer tôt pour finir tôt, ce que nos sept amis se sont appliqués à faire, en bon expatriés respectueux des coutumes locales (« En Bretagne fais comme les Bretons » ; cf : Astérix le Gaulois).

La soirée se déroule bien. La petite bande est soûle comme un étudiant Erasmus et Reverse-Mode, gagnant ce soir-là du concours d’alcoolémie, s’escrime à appliquer ce qu’il appelle « la main de Dieu » sur tous les postérieurs (il s’agit en fait de sa propre main, mais en a-t-il seulement conscience ?).

Deux heures du matin, minuit sonne : la petite bande est gentiment poussée vers la sortie du bar jusque dans la rue, comme toutes les autres petites bandes… Mais ne vous y trompez pas, cette histoire de bagarre ne raconte pas une bagarre de bandes, non, elle raconte la lamentable dérouillée qu’a infligée un unique Anglais à sept Français (j’ai honte pour eux).

Franche-Teigne contre les sept Nains – une histoire de baston

Aventure-man, Nerveux, Inutile, Reverse-Mode, Marseillais, Fillette et Philosophe ont fait appel à deux taxis pour les ramener chez eux, dans le quartier de Selly-Oak. Rien d’anormal à cela, le taxi étant le moyen de locomotion préféré, outre-manche, de tous ceux qui marchent bancal… Est-ce la raison pour laquelle Aventure-man ne s’alarme pas qu’un inconnu cherche à se taper l’incruste ? Au moment d’entrer dans son taxi, en compagnie d’Inutile, Fillette et Philosophe, il a senti qu’on le poussait dans le dos. Un grand type sec, au crâne rasé (donc louche et probablement méchant) lui colle au train. Aventure-man ne le sait pas encore, mais cet inconnu n’est autre que le terrible FRANCHE-TEIGNE !!

Aussi engage-t-il le dialogue suivant qui, s’il n’est pas dépourvu d’une certaine méfiance, reste courtois, pour quelqu’un d’aussi beurré :

– What are you doing here ?
– I wanna take the cab.
– Where are you going?
– To Selly Oak.
– You have enough to pay?
– Yes.
– Show it to me.

L’inconnu sort une pièce d’une livre de sa poche. Aventure-man, rassuré, le laisse monter… Mais pas sans que son sixième sens, ultradéveloppé, le prévienne que Franche-Teigne cache quelque chose de louche : son envie de lui taper sur la tronche ! Hélas, il ne perce ce secret que plus tard, lorsque le taxi arrive à destination et que Franche-Teigne bondit au-dehors sans avoir payé. Le bougre a joué au francophile tout au long du trajet, adoucissant la méfiance déjà quasi-nulle d’Inutile, Fillette et Philosophe, mais pas celle d’Aventure-man qui bondit à sa suite en l’attrapant par la manche (comme ça se fait toujours en cas de conflit franco-britannique).

– Where are you going ?! We need to pay now ! rappelle l’intrépide Aventure-man au perfide Franche-Teigne qui l’ignore totalement : le rascal a dégainé son téléphone portable sur lequel il tapote un SMS.

Aventure-man ne sait pas comment s’y prendre pour que justice soit faite… C’est alors que, comme un archange sort des nuages, Nerveux sort du second taxi qui vient juste d’arriver, et interroge Aventure-man sur la nature du problème.

– Il veut pas payer… hésite Aventure-man.
– Mais il doit payer ! répond l’archange.

Et c’est vrai qu’il doit payer ! La voix parle juste : elle éclaire d’un coup le chemin d’Aventure-man, celui qui conduit à la vérité et à l’équité. Il ne se le fait pas répéter deux fois :

– Mais putain c’est vrai, t’as raison, he has to pay !

Puis se tournant vers Franche-Teigne :

– You have to pay !!

Cette phrase resterait dans les annales, comme un mantra, un proverbe, ou le titre de la formidable bataille qui s’apprête à commencer. A ce point critique de la soirée, Franche- Teigne ignore toujours Aventure-man qui se rappelle à son bon souvenir en le poussant en arrière, ce qui donne tout de suite lieu à un échange de coups de poings. L’échange ne dure pas longtemps car, sortant à son tour du taxi, une ombre d’1m98 de haut, ceinture noire de judo, vient séparer les deux combattants de toute sa corpulence : il s’agit d’Inutile, le Big Friendly Giant de la bande. Inutile était sur le point de bien faire, et il aurait réussi en s’interposant pour de bon. Hélas il choisit de s’écarter au moment où Franche-Teigne, pas convaincu par sa prestation, envoie une grosse châtaigne en direction d’Aventure-man, plus petit, qui ne voit pas venir le coup. Et quel coup ! Parlons de missile atomique : une patate qui part de très loin, envoyée avec tout le poids du corps et prenant de la vitesse sur un arc de cercle à 180° ! Elle explose sur le doux visage d’Aventure-man qui croyait déjà le combat terminé. C’est le K.O. Aventure-man est propulsé deux mètres en arrière, contre le rideau de fer d’un magasin, fermé à cette heure, où il s’effondre par terre comme une merde molle et inconsciente.

Plof.

7 – 1 = 6 to go.

histoire de baston nains

Une belle brochette de champions…

C’est au tour de Nerveux de passer à l’action. En voyant la dérouillé que vient de prendre son camarade, il pousse son cri de guerre (« Oooh ! ») et bondit sur Franche-Teigne en frappant du plus fort qu’il peut… C’est-à-dire peu, comme c’est souvent le cas quand on est obligé de sauter pour atteindre son adversaire. Inutile fait alors son come-back, en séparant les deux combattants (il y arrive sans heurts cette fois), tandis que Reverse-Mode et Marseillais sortent à peine du taxi (tout est allé très vite). Fillette, inquiète, s’est approchée de son frère, inconscient ; quant à Philosophe il garde ses distances : pas fou le mec.

De son côté, Franche-Teigne adopte une attitude qui n’est pas facile à comprendre. Il reste planté là, au milieu de ce petit groupe qui s’est rassemblé autour de lui pour parlementer. Il ne fait rien, il ne dit rien. Cherche-t-il Nerveux du regard ? Peut-être, mais c’est le poing d’Aventure-man qu’il rencontre !!

Eh oui car pendant que vous lisiez les lignes précédentes, Aventure-man a retrouvé ses esprits. Lentement tout d’abord. Sa première pensée a été de ne plus jamais se battre, que ça faisait beaucoup trop mal ; qu’il allait se faire pousser les cheveux et répandre l’amour dans le cœur de tous les hommes… Et puis peu à peu, au fur et à mesure qu’il a compris qu’il venait de se faire rouster devant sa sœur (sœur qu’il s’était acharné à convaincre pendant près de vingt ans qu’il était l’homme le plus fort du monde) Aventure-man a repris du poil de la bête. Pas moyen d’en rester là ! Il s’est relevé, a ôté son blouson de cuir (probablement la raison pour laquelle il n’avait jusque là pas réussi à déployer sa véritable force) et, furtivement, s’est approché du groupe de ses amis en train de parlementer… Là, comme jaillissant de nulle part, il a imité la technique de son adversaire, en lui envoyant une bonne droite directement dans la mâchoire ! Le choc est effroyable… Pour Aventure-man surtout : de s’apercevoir que son punch est sans effet… Ou presque, parce qu’il a quand même le mérite d’énerver Franche-Teigne qui, en écartant ses amis des bras, cherche à lui remettre une beigne. Mais cette fois Aventure-man est prêt, il l’attend… Du moins la partie supérieure de son corps l’attend. Les jambes quant à elles, quoiqu’elles imitent les pas chassés d’un champion de boxe, ont plutôt tendance à reculer, ce qui jure assez avec le discours de leur propriétaire :

– Allez viens, j’t’attends, je vais te défoncer ! Viens j’te dis !

Aventure-man n’est pas sans se réjouir secrètement d’avoir des amis, même peu belliqueux, entre lui et son adversaire. En parlant d’amis, c’est l’heure pour Reverse-mode de passer à l’action. Voyant que la situation dégénère, il se précipite sur Aventure-man qu’il attrape par derrière pour lui bloquer les bras :

– Arrête Aventure-man ! T’es trop énervé, tu deviens fou !! Tu vas le tuer, arrête !!

Comment se peut-il, cher lecteur, que l’alcool ait à ce point altéré le jugement de Reverse-mode ? La question reste sans réponse à ce jour… Peut-être Reverse-mode cherche-t-il à imiter une scène qu’il a vue à la télé ? Ce qui est sûr, c’est qu’au même moment, Franche-Teigne se creuse un passage parmi les parlementataires et s’approche dangereusement d’Aventure-man, les bras bloqués, qui supplie Reverse-mode de le libérer… Gentiment d’abord, puis en lui attrapant les couilles et en balançant des coups de tête arrière pour pouvoir s’échapper, pour finir par lui mettre une beigne lorsque Reverse-mode essaye à nouveau de l’immobiliser.

7 – 2 = 5 to go.

A ce point là de la « bagarre », Aventure-man est dépité, pas impatient non plus de se reprendre une pêche de Franche-Teigne qu’Inutile et Marseillais tentent de raisonner. Fillette et Philosophe restent à l’écart, Reverse-mode a mal, et Nerveux est énervé, très énervé : contre ces amis inutiles qui ne pensent qu’à discutailler alors qu’il suffirait de mettre une bonne trempée à Franche-Teigne pour qu’on en finisse, lequel Franche-Teigne ne fait que la réclamer :

– Come on French mother fuckers, I’ll fuck you all ! promet-il en son patois.

– Bon allez viens Aventure-man, y en a marre, on se casse! tranche Nerveux, voyant que personne ne semble se décider à faire triompher la justice, l’amour et le drapeau français.

Aventure-man lui emboite le pas, traverse la route à sa suite, puis l’arrête, une fois de l’autre côté, pour observer comment les choses évoluent. Sur le trottoir qu’ils ont quitté, Franche-Teigne est debout, ferme et droit sur ses guiboles. Il fixe Aventure-man des yeux tandis qu’Inutile, Marseillais et Reverse-mode blablatent autour de lui. Soudain, sa tête fait brutalement demi-tour pour faire face au visage de Marseillais à qui il décoche en même temps un puissant coup de poing. La tête de Marseillais part en arrière sous l’impact et un filet de sang se prend à couler sur la joue de ce négociateur jusque là pacifique… Le cri de guerre de Nerveux retentit à nouveau : « Oooh ! ».

7 – 3 = 4 to go.

En vingt-quatre secondes, Nerveux et Aventure-man ont retraversé la rue. Marseillais à moins de sang sur la joue que de rage dans les yeux. Ils sont cinq à se masser autour de Franche-Teigne qui continue de les encourager :

– Come on you pricks, fucking French sissies, I’ll kick your asses you XXX XXX X X, etc.

C’est alors qu’une question est posée:

– Les mecs, on a deux solutions : soit on se casse maintenant et on rentre en France avec la honte de notre vie, soit on lui pète la gueule…

…question qui ne va pas tarder à trouver sa réponse.

Franche-Teigne recule légèrement devant ses adversaires, cette fois rassemblés et unis pour le pire comme pour le pire, ce qui donne l’occasion à Aventure-man de passer sournoisement derrière un arbre…

Aventure-man a compris qu’en attaque de front, il ne valait pas tripette. Il a décidé d’être plus intelligent que son adversaire (plus lâche diront les mauvaises langues) et le destin s’en mêle puisque, au pied de l’arbre, il trouve la solution à leur problème : une bouteille. Aventure-man s’en saisit et la cogne contre le sol pour en vérifier la solidité (ou pour en faire un tesson diront les mauvaises langues). La bouteille résiste, Aventure-man frappe plus fort. C’est alors qu’il s’aperçoit que la bouteille est en plastique. Il la repose pour tenter sa chance à mains-nues, frappant ou tirant Franche-Teigne en arrière, il ne se rappelle plus très bien, ce qui a pour effet de déséquilibrer la brute qui tombe à terre. C’est là que de Franche-Teigne va se métamorphoser en Mange-Beigne.

histoire de baston bouteille-plastique

Aventure-man manie la bouteille en plastique comme d’autres manient le nunchàcoups: entre ses mains expertes, cette innocente bouteille d’évian a tôt fait de se transformer en une arme mortelle.

Il existe sept versions différentes de ce combat mais toutes se rejoignent sur un point : Mange-Beigne a pris cher, en coups de pieds comme en coups de poing.

Lorsque, magnanimes, les sept nobles et courageux guerriers (qui ne sont que quatre à participer en plus, Fillette restant à l’écart ; Inutile cherchant surtout à séparer les gens et Reverse-Mode cherchant surtout à rien -au contraire de Philosophe qui a jugé le moment opportun pour intervenir-) estiment que Mange-Beigne a eu son content de gnons, ils laissent leur adversaire se relever qui aussitôt déclare :

– Come on you French frog-suckers I’ll smash you all like XX, XXX XX etc.

C’est reparti pour un tour de coups de toutes sortes, Mange-Beigne en redemande ! Puis, au bout d’un moment, Mange-Beigne se relève et n’en redemande plus… Alors il s’en va, apparemment indemne.

Mais l’histoire ne finit pas là puisque Reverse-mode, rancunier, se prend à pourchasser Aventure-man en le menaçant du poing et en criant, les larmes aux yeux :

– J’étais ton ami Aventure-man !! J’étais ton ami !!!

La police arrive quelques minutes plus tard, alertée par un des deux chauffeurs de taxi, pour demander si tout va bien… Le petit groupe n’a pas à se plaindre : à sept contre un, ils s’en sont plutôt bien tirés.

Moralité :

La bagarre c’est dangereux, ça fait mal et de sacrés bons souvenirs qu’on peut raconter à tous les apéros… (et même sur youtube désormais, à regarder en cliquant ici !)

Pin It on Pinterest

Share This