Sélectionner une page
salle de bain indienne

Notez que cette sale de bain n’est pas vraiment indienne: le chiote a remplacé le trou.

Au départ je comptais mettre cet article dans la catégorie « Trucs et astuces pour dans la vie » mais il semblerait que mon public ait des exigences, j’en veux pour preuve le commentaire de Chapatouille… Alors ça y est ? Vous êtes plus de cinq et vous vous croyez tout permis ? Et puis quoi bientôt ? Une pétition ? Une grève ?

J’imagine que c’est la rançon de la gloire que d’avoir à répondre à vos attentes… Voici donc une nouvelle (semi-)aventure.

Je suis toujours en Inde, à Mumbai, où j’observe d’un œil attentif toutes ces différences culturelles qui font la richesse de notre belle planète et qui sont si propices à l’aventure, justement…

Je pourrais vous parler de ces parcs publics, semblables à des jardins de villa (une pelouse carrée de 10m/10mètres entourée d’une promenade bétonnée) autour desquelles les Indiens font des tours (c’est ce qu’ils appellent leur « jogging ») ; je pourrais aussi vous parler du coup de tampon qu’un agent de la sécurité doit impérativement appliquer à votre ticket de caisse au moment où vous sortez du supermarché (bien que je n’aie toujours pas compris pourquoi, personne ne semblant en mesure de justifier cette tradition)… Mais je vais plutôt vous parler de la salle de bain indienne, ce qui me permettra d’employer des termes propices au rire et à la bonne humeur, tels que « caca » et « pipi » avec lesquels je suis sûr de vous faire marrer, et peut-être ainsi d’éviter de trouver des pleurnicheries dans les commentaires de cet excellent blog… D’ailleurs non, réflexion faite, y a pas de raison que ce soit moi qui cède ! Bam ! Punition : vous êtes privés de mots scatos (ça vous apprendra) que je vais de ce pas remplacer par des termes choisis au hasard sur google… Tap, tap, tap, je lance une recherche… Voilà… Le tirage au sort s’effectue… Impartial et neutre :

  1. « Art moderne » remplace « caca »
  2. « Johnny Halliday » remplace « pipi »
  3. « Sarkozy » remplace « zizette »
  4. « Raymond Domenech » remplace « chiotte »
  5. « Thierry Ardisson » remplace « cul »

***

Il est 14h30 dans le petit appartement où vous abusez de l’hospitalité de deux Indiennes depuis déjà cinq semaines. Vous avez bien mangé des trucs bien épicés quand tout à coup, vous apercevez LE signal, un peu comme certains héros aperçoivent la silhouette d’une chauve-souris dans le ciel, sauf que chaque héros à son style, et que votre signal à vous sort tout droit de votre Thierry Ardisson. Pas de doute possible, il est l’heure pour vous d’aller poser quelque part un gros morceau d’art moderne… Mais où ? Où ? Dans la salle de bain-Raymond Domenech bien sûr !

L’endroit est accueillant, quoi que différent de ceux que vous avez fréquentés en Occident, de la côte ouest des Etats-Unis jusqu’au Bosphore… Ici vous êtes en Asie, et plus particulièrement en Inde : autre lieu, autre mœurs.

Dans ce Raymond Domenech, il y a plusieurs instruments que vous ne connaissez pas : des seaux de différentes tailles, un tuyau d’arrosage, une douche, un lavabo, un trou dans le sol… Par où commencer ? Vous voulez pas que je vous la tienne non plus ?! Vous avez du bol que ce soit le thème de cet article. Donc, pour faire vos premiers pas dans cet univers nouveau, retirez chaussures et chaussettes si vous ne l’avez pas déjà fait en entrant dans l’appartement (malpoli !). A peine mettez vous le pied de l’autre côté de la porte que ça y est, vous pénétrez tout à la fois dans la douche, la baignoire et le Raymond Domenech : En Inde il n’y a pas de rebords pour limiter ces micros territoires, tout est un… Et ça, c’est gé-ni-al, rendez-vous compte ! Vous allez pouvoir en mettre partout ! De l’eau de douche, de baignoire, de chasse d’eau, de lavabo, de l’art moderne et du Johnny Halliday partout autour, vous êtes libres, libres !

Mais pour commencer, lavez-vous les mains, vous allez en avoir besoin, surtout la gauche : la salle de bain-Raymond Domenech est SON lieu de prédilection.

fleurs3

– intermède floral –

Maintenant que vous avez les mains bien propres, déshabillez-vous. Vous avez une grosse envie de faire de l’art moderne et du Johnny Halliday alors c’est le moment de vous lâcher. Approchez-vous du trou, calez bien vos pieds de chaque côté (j’insiste là-dessus : vous NE voulez PAS perdre l’équilibre lors de l’opération qui suit) et trouvez un point d’appui quelque part avec vos mains. Votre Sarkozy pend entre vos jambes et vos adducteurs travaillent dur… Concentrez-vous, c’est le moment d’invoquer La Force ! […] intermède floral […]

Une fois que vous aurez fini de faire usage de vos pouvoirs mystiques, revenez à ce que la science vous a offert de plus beau : l’eau courante. Il y a un jet d’eau sur votre droite, saisissez-le fermement (ne le laissez pas s’échapper !) et passez-le entre vos jambes tandis que votre main gauche, restée libre, se positionne dans votre Thierry Ardisson que vous avez couvert d’art moderne suite à l’utilisation de vos capacités spéciales (ça vous apprendra à oublier qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités). Posez le tuyau d’arrosage sur votre cuisse le temps d’allumer le robinet… Pas de bol, le robinet ne marche pas. Si vous avez positionné votre main gauche avec trop de zèle, j’ai bien peur que vous soyez dans l’art moderne, en tous cas jusqu’au poigné (si ce n’est jusqu’au coude pour les plus souples et les plus coquins d’entre vous)… Heureusement qu’il y a un robinet un peu plus loin, à côté d’une bassine et d’un petit seau de couleur ! Marchez en canard jusqu’à pouvoir l’atteindre (veillez à ce que votre Sarkozy ne touche pas par terre) et allumez le robinet. Remplissez la grande bassine puis retournez au-dessus du Raymond Domenech où vous allez devoir achever votre besogne. Prenez le seau, remplissez-le dans la bassine, versez-le le long de votre dos et évacuez tout l’art moderne qui vous reste coincé dans le Thierry Ardisson de manière à ce que l’eau coule dans le Raymond Domenech mais sans toucher votre Sarkozy (et sans tomber vous-même). Ca peut être le moment propice pour faire votre Johnny Halliday si vous n’y avez pas pensé plus tôt.

Une fois que vous êtes bien propre, vous pouvez remonter votre pantalon, trempé (mais il n’y a pas de raison d’avoir honte : ce n’est que de l’eau) et versez ce qui reste d’eau de la bassine dans le Raymond Domenech, pour tirer la chasse. Retirez l’art moderne qui vous reste collé entre les ongles dans le lavabo en en profitant pour vous laver les mains… Franchement, vous trouvez pas ça plus hygiénique que la façon de faire occidentale ? Avouez que ça a quelque chose de crade de s’étaler l’art moderne dans le Thierry Ardisson, non ?

Allez, poussez la propreté jusqu’à prendre une douche, comme ça je peux en finir avec ce putain d’article et aller me coucher. Déshabillez-vous. Prenez une douche. Séchez-vous. Bravo, vous avez réussi ! (eh oui, la douche en Inde marche pareil que chez nous !)

Plus exotique maintenant : prenez un bain. Pas de baignoire pour le bain, mais le grand retour de notre amie la bassine. Remplissez-là d’eau, soit très chaude, soit très froide soit faites comme vous voulez j’en ai rien à foutre et prenez le petit seau dans votre main droite,  un savon dans votre main gauche.

La bassine se remplit lentement. Ecoutez le clapotis de l’eau… ça rappelle le bruit sourd d’une cascade avec de petites gouttes aux notes plus aigues quand elles rebondissent de-ci de-là… Ca donne des frissons, non ? Vous en avez le Sarkozy tout frémissant.

Une fois la bassine remplie, plongez votre seau dedans et d’un coup d’un seul, versez-en le contenu sur votre tête. Répétez l’opération trois fois et là, magie, vous vous êtes accoutumé à la température précédemment choisie par le truchement de votre volonté.

gloire de mon père

A chaque fois que je me baigne à l’indienne, je revois la gloire de mon père…

Mieux que la douche (pas assez dense) mieux que le bain occidental (ou comment bouillir dans son propre jus) le bain à l’indienne et son complexe système de bassine et de seau vous permet de gérer vous-même la répartition et le débit de l’eau… Et ça, c’est du vrai bonheur ! L’œil ému, vous vous rappellerez les étés de votre enfance quand vous courriez la garigue en chassant la cigale et le papillon et que vous rentriez tout boueux chez grand-mère qui vous passait au jet d’eau sous un soleil parfumé de thym et de romarin… Et puis chantez, chantez ! Appréciez chaque goutte, c’est bon de vivre non ? Le seau et la bassine permettent même de faire des effets de voix, alors chantez ! Chantez ou mourez !

Ps: le titre de l’article « har har Gange! » est le cri que poussent les Indiens en vidant ce qui reste d’eau dans la bassine au-dessus de leur tête, pour remercier le Gange d’abreuver leurs terres… Voilà, je me doutais que ça ne vous intéresserait pas.

Pin It on Pinterest

Share This