Avatars Hommeelfe noir drow lunaire et sombre, pâle ténébreux, avec un corbeau sur l'épaule

Published on juin 26th, 2009 | by Nabolo

12

Falawis Kâ, l’aveugle aux corbeaux

Falawis Kâ est un personnage complexe dont la vie fera l’objet d’un roman, tôt ou tard, je l’espère. Voilà pourquoi je n’entrerai pas trop profondément dans les détails du personnage maintenant.

En résumé : Falawis est un elfe noir de la pire espèce, raciste, fourbe, traître, sadique, cruel. Une caricature donc, mais subtile, un modèle plutôt : celui de l’archétype elfe noir auquel Falawis et moi avons communément souhaiter nous conformer, lui dans la fiction, moi dans le jeu. 

Ceci est d’autant plus vrai qu’à travers mon expérience en tant que Falawis, j’ai découvert qu’un personnage avait une volonté propre qui échappe à celle de son créateur; ou pour être plus précis : une cohérence auquel il ne peut se soustraire, à peine de disparaître. Si, par fantaisie ou intérêt, je m’étais mis à jouer Falawis différemment,  le personnage aurait perdu en crédibilité, jusqu’à disparaître. C’est cette règle de jeu que j’appelle  « sa volonté » car c’est bien ce qu’elle est censée être dans le cadre du jeu.

Quelle était cette cohérence, ces règles auxquelles Falawis ne pouvait déroger ? Le personnage s’accordait au principe suivant : que ce qui est mal aux yeux des autres, est bien à ses yeux. Débarqué sur le continent adeptien (cf : Adept, le JDR sur jouer.org) à la recherche de sa sœur Zhannath, il va imposer sa vision extrémiste à toute une partie des elfes noirs qui tentent, à l’instar d’une multitude de personnages, de coloniser le désert.

Adept, le JDR fut une merveilleuse expérience de jeu de rôle. Le jeu se composait d’une partie en flash,  qui permettait de matérialiser les déplacements et actions des personnages sur une carte quadrillée, ainsi que d’un forum divisé en sections « Légendes », « Taverne » et « HRP ».
En dehors de ça, il n’y avait rien.
C’est à dire qu’il y avait tout à faire.

Adept, le JDR, un jeu créé par « Gorgu » qui voulait prendre sa revanche sur un mmorpg dont il avait été injustement banni; a su rassembler des joueurs à la créativité intarissable. Ils ont inventé des dieux, des cultures; ils ont formé des ligues; battis des forteresses et des palais. Certains sont tombés en une nuit, d’autres ont imposé leur domination à plusieurs centaines de joueurs pendant près de six années. Les actions effectuées sur la carte étant rudimentaires, elles étaient retranscrites sous forme de récits et de textes RP (pour « Roleplay »), tous plus beaux les uns que les autres, sur un forum où plus de 200 joueurs les alimentaient à loisir dans le respect de chacun, dans le respect surtout de la cohérence globale de l’histoire de ce monde imaginaire dans lequel nous évoluions tous, sinon en paix, du moins en concordance.

Il est rare que des joueurs se risque à incarner un véritable méchant. C’était mon objectif avec Falawis : qu’aucune amitié, qu’aucune complicité créée au fil des jours ne viennent enrayer sa détermination à nuire. Grâce à cette règle suivie scrupuleusement, j’ai le sentiment d’avoir vraiment expérimenté ce qu’était le « jeu de rôle » au sens propre, d’avoir créé un personnage et de l’avoir fait vivre. Ce sentiment est un peu similaire à celui que je rencontre en faisant vivre les personnages de mes projets d’écriture, ou de celui qui naît de la lecture d’un bon roman… Cela en moins que je ne rencontrerai jamais la multitude des personnages que j’invente ou que je lis, alors que, grâce au talent des autres joueurs d’Adept jdr, j’ai bel et bien rencontré des nains, des elfes; j’ai combattu des barbares et asservi des villes; j’ai conquis des lettres de noblesses et fomenté des assassinats. Si j’ai pris du plaisir à être aussi implacable dans mon rôle de méchant, c’est pour rendre la pareille à qui m’offraient de véritables héros auxquels me confronter. Il fallait que l’ennemi ait de la valeur pour que nous ayons plaisir à s’y frotter : c’est dans ces interactions que naît la magie des mmorpg.

J’ai passé cinq ans à alimenter et à partager les aventures de Falawis Kâ dans le monde d’Adept. L’aveugle aux corbeaux dort, pour le moment…. Mais un jour, il se réveillera.

OLATH PHOLOR UDOSSA !!!**

* Voir le site de Karond Kar sur la culture noirelfique, site construit en partenariat avec Zhannath Kâ
** « Que l’ombre soit sur nous ! » ; traduit du langage « drow » ou 
« noirelfique »

———————————————————

Et vous, y-a-t-il un personnage de jeu qui vous ait durablement marqué ?

Falawis Kâ, l’aveugle aux corbeaux Nabolo

NOTEZ CET ARTICLE !

Intéressant ?
Distrayant ?
Bien écrit ?

Summary: Falawis est l'elfe le plus noir que les univers fantastiques aient jamais connu. Il a hanté le désert d'Adept pendant près de six ans, fourbe, inflexible et méchant. Il est le premier de mes personnages Role-play.

2


User Rating: 0 (0 votes)




12 Responses to Falawis Kâ, l’aveugle aux corbeaux

  1. macfly says:

    nostalgique quand je repense au bon moment passé sur adept. Mon vieux chemosh me manque :p
    vivement d autres articles

  2. Nabolo says:

    Idem Mac! J’ai eu Jhiamis sur msn y a deux semaines, elle est partante pour une IRL, et toi? :p

  3. Frère davinity says:

    Vivement l’IRL…Et Vive Hécate

  4. Lucifel says:

    Certes, par Hécate demeure.

    J’ai longtemps songé à reprendre l’histoire de Lucifel également. En tout cas, difficile de retrouver un JDR aussi captivant au niveau rôle play.

    Vivement l’IRL ^^

  5. Nabolo says:

    Bon, ça s’annonce bien tout ça! Reste plus qu’à mettre la machine en marche (même si ce n’est pas la partie la plus facile). On a peut-être perdu Adept mais ne pourrait-on pas rassembler sa communauté pour repartir dans de nouvelles aventures? Ou est-ce utopique?

  6. Lucifel says:

    Encore faut-il trouver un nouveau jeu qui s’y prête.
    Voici un jeu assez récent :http://www.arkhan.org
    le design est certes un peu disgracieux, mais la communauté rp est encore à faire, et son potentiel à exploiter :)

    Mon pixel se trouve dans le royaume de Belerim, si d’aventure vous tentiez d’y faire un tour :)

  7. macfly says:

    a ca serait sympa de revoir un adept like.
    En tout cas ca fait plaisir de voir qu’il y a pas mal de nostalgique

  8. macfly says:

    un truc qui me chiffone fala ^^ tu bosses pour l equipe dofus mais c est dans le nord ca :p ? donc tu dois etre dans le coin à present donc pas loin de chez moi :D

  9. Aurore says:

    Puisque c’est par ici que ça se passe.
    Nostalgie quand tu nous tiens…

    • Nabolo says:

      Héhé ! Puisque tu as fait l’effort de te déplacer jusqu’ici Aurore, à plusieurs clics de distance de l’ancien blog, tu peux peut-être nous laisser un témoignage plus approfondi sur ton expérience adeptienne ? Il te reste des textes ? Un lien vers x forum ? Sinon je peux aussi dédier un article à ce jeu si tu penses que ça peut permettre à des têtes blanches de rassembler leurs souvenirs ?

  10. Aurore says:

    Ca serait une bonne idée.
    Quand à mon expérience… ce fut mon tout premier jeu de rôle qui m’a lancé et poussé à aller voir davantage. J’étais une jeune ado à l’époque. Je devais avoir 14-15 ans, dans ces eaux là. Je ne suis pas sûre d’avoir laissé une marque remarquable sur adept dû à ma jeunesse. Sans doute que mon personnage (Aurore Beldorwin) aurait apprécié une plus grande profondeur si j’avais été plus mâture et moins fleure bleue ^^.

    J’avais tenu une sorte de journal sur un site internet, mais qui s’est perdu avec le temps. J’essayerais de fouiller mais les trop nombreux changement de PC ont cannibalisés la plupart de mes textes. Je doute qu’il ne me reste autre chose que mes souvenirs.

    Ca a été une chouette aventure car dès mon arrivé, on m’avait proposé un BG pour mon personnage très intéressant. J’avais joué la fille de Mirim et Macfly (si je me souviens bien), kidnappée à la naissance par [Entrer ici un nom] pour en faire une disciple (ou fury ? je sais plus) d’Hécate sur base d’un truc prophétique, mémoire faillible. Il me semble que c’était un trio de femme qui avait élevé mon personnage enfermée dans une tour. Aurore s’était un jour échappé et, pour une raison que j’ai perdu, avait perdu la mémoire. Elle avait été traqué pendant quelques temps par le trio, mais aidé par le tavernier dont son nom m’échappe aussi.
    Elle avait reprit les rênes du Bosquet après quelques temps, avant de se marier avec Aran-Galad. Elle a été vampirisé par … une vampire, diantre j’ai aussi perdu le nom, et pendant sa déchéance, elle avait été l’amante d’Elzekiel et de Toubib à la fois, jonglant entre les deux pour s’assurer de la protection des deux parties. Ensuite, j’ai arrêté de jouer pendant quelques temps, avant de revenir avec une fraiche idée de renouveau, et de ne perdurer que quelques mois à peine.

    En tout cas, Adept m’a marqué, et c’est grâce à ce jeu que je n’ai jamais su depuis quitter l’univers du JDR, passant par toutes les formes possibles et imaginable, tant table, que MMO, forum ou encore GN. Je m’en lasse plus.
    Je me souviens très bien de Falawis car tes textes m’avaient vraiment marqués à l’époque. Je me souviens de cette sonnette de porte bizarre où lorsqu’on appuyait dessus, c’était visqueux et mou et un cri de torturé s’échappait du mur en guise de Dring.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back to Top ↑

  • Ose t’abonner si tu l’oses !

    Nabolo-avatar-moyenMUHAHAHA ! Grâce à un complexe réseau d’astuces manipulatoires, je suis parvenu à attirer ton œil sur le côté de la page afin de te pousser à l’abonnement.

    Cet abonnement est GRATUIT (encore heureux) : en fait il ne s’agit que de laisser ton mail dans la case ci-dessous pour que nous puissions rire ensemble et sans faillir des prochaines publications de l’EXCELLENT Nabolo-blog ! Cela n’implique pas que je t’incorpore à une armée de fans dont l’objectif inavoué serait la conquête du Loir-et-Cher, pas du tout (mais tu en sauras plus en remplissant le longuissime formulaire que tu aperçois juste en dessous... celui qui écarte pour toi ses deux encarts blancs, immaculés, vierges, purs et blancs, rien que pour toi... n'hésite plus !).