Sélectionner une page

Falawis Kâ est un personnage complexe dont la vie fera l’objet d’un roman, tôt ou tard, je l’espère. Voilà pourquoi je n’entrerai pas trop profondément dans les détails du personnage maintenant.

En résumé : Falawis est un elfe noir de la pire espèce, raciste, fourbe, traître, sadique, cruel. Une caricature donc, mais subtile, un modèle plutôt : celui de l’archétype elfe noir auquel Falawis et moi avons communément souhaiter nous conformer, lui dans la fiction, moi dans le jeu. 

Ceci est d’autant plus vrai qu’à travers mon expérience en tant que Falawis, j’ai découvert qu’un personnage avait une volonté propre qui échappe à celle de son créateur; ou pour être plus précis : une cohérence auquel il ne peut se soustraire, à peine de disparaître. Si, par fantaisie ou intérêt, je m’étais mis à jouer Falawis différemment,  le personnage aurait perdu en crédibilité, jusqu’à disparaître. C’est cette règle de jeu que j’appelle  « sa volonté » car c’est bien ce qu’elle est censée être dans le cadre du jeu.

Quelle était cette cohérence, ces règles auxquelles Falawis ne pouvait déroger ? Le personnage s’accordait au principe suivant : que ce qui est mal aux yeux des autres, est bien à ses yeux. Débarqué sur le continent adeptien (cf : Adept, le JDR sur jouer.org) à la recherche de sa sœur Zhannath, il va imposer sa vision extrémiste à toute une partie des elfes noirs qui tentent, à l’instar d’une multitude de personnages, de coloniser le désert.

Adept, le JDR fut une merveilleuse expérience de jeu de rôle. Le jeu se composait d’une partie en flash,  qui permettait de matérialiser les déplacements et actions des personnages sur une carte quadrillée, ainsi que d’un forum divisé en sections « Légendes », « Taverne » et « HRP ».
En dehors de ça, il n’y avait rien.
C’est à dire qu’il y avait tout à faire.

Adept, le JDR, un jeu créé par « Gorgu » qui voulait prendre sa revanche sur un mmorpg dont il avait été injustement banni; a su rassembler des joueurs à la créativité intarissable. Ils ont inventé des dieux, des cultures; ils ont formé des ligues; battis des forteresses et des palais. Certains sont tombés en une nuit, d’autres ont imposé leur domination à plusieurs centaines de joueurs pendant près de six années. Les actions effectuées sur la carte étant rudimentaires, elles étaient retranscrites sous forme de récits et de textes RP (pour « Roleplay »), tous plus beaux les uns que les autres, sur un forum où plus de 200 joueurs les alimentaient à loisir dans le respect de chacun, dans le respect surtout de la cohérence globale de l’histoire de ce monde imaginaire dans lequel nous évoluions tous, sinon en paix, du moins en concordance.

Il est rare que des joueurs se risque à incarner un véritable méchant. C’était mon objectif avec Falawis : qu’aucune amitié, qu’aucune complicité créée au fil des jours ne viennent enrayer sa détermination à nuire. Grâce à cette règle suivie scrupuleusement, j’ai le sentiment d’avoir vraiment expérimenté ce qu’était le « jeu de rôle » au sens propre, d’avoir créé un personnage et de l’avoir fait vivre. Ce sentiment est un peu similaire à celui que je rencontre en faisant vivre les personnages de mes projets d’écriture, ou de celui qui naît de la lecture d’un bon roman… Cela en moins que je ne rencontrerai jamais la multitude des personnages que j’invente ou que je lis, alors que, grâce au talent des autres joueurs d’Adept jdr, j’ai bel et bien rencontré des nains, des elfes; j’ai combattu des barbares et asservi des villes; j’ai conquis des lettres de noblesses et fomenté des assassinats. Si j’ai pris du plaisir à être aussi implacable dans mon rôle de méchant, c’est pour rendre la pareille à qui m’offraient de véritables héros auxquels me confronter. Il fallait que l’ennemi ait de la valeur pour que nous ayons plaisir à s’y frotter : c’est dans ces interactions que naît la magie des mmorpg.

J’ai passé cinq ans à alimenter et à partager les aventures de Falawis Kâ dans le monde d’Adept. L’aveugle aux corbeaux dort, pour le moment…. Mais un jour, il se réveillera.

OLATH PHOLOR UDOSSA !!!**

* Voir le site de Karond Kar sur la culture noirelfique, site construit en partenariat avec Zhannath Kâ
** « Que l’ombre soit sur nous ! » ; traduit du langage « drow » ou 
« noirelfique »

———————————————————

Et vous, y-a-t-il un personnage de jeu qui vous ait durablement marqué ?

Pin It on Pinterest

Share This