Sélectionner une page
Depuis longtemps déjà, les Parisiens portent des vêtements (image d'archive).

Depuis longtemps déjà, les Parisiens portent des vêtements (image d’archive).

Après quelques semaines d’expérience parisienne, j’ai découvert quelque chose de très particulier, vraisemblablement propre à la capitale et qui lui vaut sans doute son titre de « Reine de la mode ».

Ici, les gens ne portent pas de vêtements pour lutter contre le froid (ils pourraient), ou pour lutter contre le ridicule (comme le préconise la bible) mais pour se parler. Si un Parisien ne vous répond pas, refuse de vous indiquer où se trouve la rue Tiquetonne, néglige les « bonjour », « au revoir » et  « merci » au cas où vous auriez déjà eu le privilège d’interagir avec lui, c’est tout simplement parce que la majeure partie de sa communication s’effectue par l’entremise de ses vêtements. Eh oui. Ca  coute plus cher que d’utiliser la bouche, mais du coup ça permet de parler simultanément (de soi) à tout son entourage, badauds, passants, chalands et autre synonymes du même mot.

Des Parisiens en masse se regardent les pieds à l'entrée du métro. L'histoire ne dit pas s'ils se marchent sur les yeux.

Des Parisiens en masse se regardent les pieds à l’entrée du métro. L’histoire ne dit pas s’ils se marchent sur les yeux.

Donc, quand vous débarquez quelque part, la première chose que regardent les Parisiens ce sont vos chaussures, qui représentent votre personnalité. Pourquoi les chaussures ? Aucune idée, mais pourquoi pas, admettons, plutôt que de vous regarder dans les yeux on vous regarde dans les pieds et on conclue : classe, cool, rétro, sexy, rasta, caille, hype, etc.

Les amis qui me servent de guides dans ce nouvel environnement culturel que représente pour moi la ville lumière, se sont empressés de me faire comprendre que le must du must, en ce moment, c’est d’être « hype ».

Que signifie « hype » ? Personne n’étant en mesure de répondre à cette question je google :

Nom commun : promotion exagérée, tromperie, adepte de stupéfiants, danse du hip-hop.

Verbe : stimuler, augmenter

Adjectif : génial, cool, de première classe

Vrai qu'il n'est pas évident de deviner la personnalité de quelqu'un sans avoir d'abord vu ses chausses... Nom d'une pipe, mais que veut donc ce monsieur?!

Vrai qu’il n’est pas évident de deviner la personnalité de quelqu’un sans avoir d’abord vu ses chausses… Nom d’une pipe, mais que veut donc ce monsieur?!

J’en conclus qu’être « hype » c’est se promouvoir soi-même, de manière un peu exagérée, dans le but d’être génial, non sans s’adonner au hip-hop et à la consommation de stupéfiants. Ok. Rien n’est impossible. Quand on veut on peut.

Le problème, c’est qu’être « hype » n’est pas à la portée de tout le monde. En fait ça coute très cher, car être « hype », c’est porter des vêtements hors de prix spécialement designés pour faire croire que vous venez de les trouver, roulés en boule, dans une poubelle. Les jeans, par exemple, sont soigneusement déchirés et usés à des endroits stratégiques, localisés sur le pantalon par des ténors de la haute couture. Autant dire que si vous déchirez vos jeans vous-même, en amateur, personne ne s’y trompera et vous connaîtrez cette expérience ô combien enrichissante que trop de monde a tendance à redouter : celle du ridicule (alors que, comme ce qui ne tue pas rend plus fort, et que le ridicule ne tue pas, il s’agit d’un des premiers vecteurs de force auquel on puisse s’abreuver : « Le ridicule rend plus fort. » Mais passons…)

Tous ces vêtements hors de prix, n’en sont pas moins de mauvaise qualité, ce qui importe peu puisque lorsqu’ils tomberont en loques (je veux dire vraiment, pas pour faire exprès) la mode sera passée, et il sera temps de devenir autre chose que « hype », un autre adjectif, anglophone, très probablement, à moins que la Chine ne devienne la première puissance culturelle d’ici là mais j’en doute car les échéances de la mode sont très très courtes.

Cette clocharde qui vient de se faire rouler dessus par un camion n'en est pas une! En fait, c'est juste une fille à la mode, voire hype (peut-être).

Cette clocharde qui vient de se faire rouler dessus par un camion n’en est pas une! En fait, c’est juste une fille à la mode, voire hype (peut-être).

Donc une fois devenu pauvre après avoir acheté vos vêtements de pauvre (mais qui sont en fait des vêtements de riche, c’est juste que le pauvre est à la mode en ce moment), les Parisiens devineront que, récemment encore, vous étiez riche, mais que, comme eux, vous avez fait le sacrifice de vos économies pour pouvoir leur parler, avec vos vêtements. A l’égal des gens normaux, les Parisiens apprécieront que vous ayez fait cet effort (même si vous ne le faites qu’avec vos habits) et, de gratitude, ils vous regarderont. Comme vous leur parlez avec vos vêtements, des Parisiens qui vous regardent, c’est un peu comme des provinciaux qui feraient l’effort de vous écouter. La communication est établie.

Je dois reconnaître que la plupart des conversations humaines ayant pour objectif, avoué ou inavoué, de permettre aux humains d’exprimer qui ils sont, le fait qu’ils y parviennent par la parole ou par habits interposés revient à peu près au même. C’est simplement qu’il faut s’habituer ( ?).

Pin It on Pinterest

Share This