Sélectionner une page
Ca c’est le personnel de l’hôtel qui vient accueillir les passagers à l’aéroport. J’ai bien fait de pas réserver.

C’est avec plaisir que j’ai découvert aujourd’hui les recommandations du site « Conseils aux voyageurs » du Ministère des affaires étrangères. Voyez plutôt.

« Le risque terroriste est renforcé au Kenya après que l’organisation islamiste Al Shabaab a menacé de frapper le territoire kenyan en représailles […] Il est donc recommandé de rester vigilant à tout moment, et d’éviter de se rendre dans les lieux publics les plus fréquentés, en particulier ceux qui le sont par les étrangers, qu’il s’agisse de centres commerciaux, lieux de loisirs, manifestations publiques, évènements sportifs. Les terrasses en plein air sont particulièrement déconseillées. » 

« La criminalité au Kenya demeure l’une des plus élevées d’Afrique : les vols à la tire, agressions en voiture (« car jacking ») et cambriolages sont fréquents. » 

« En taxi ou en voiture, toujours circuler vitres fermées et portières verrouillées ; en cas d’agression, n’opposer aucune résistance. Les déplacements de nuit entre les villes sont particulièrement déconseillés. » 

« Il est recommandé d’être particulièrement vigilant lors de transports en bus notamment en bus intra-urbain (Matatu), un certain nombre de voyageurs ayant été intoxiqués puis dévalisés, à la suite de l’absorption de biscuits ou autres aliments offerts par des passagers. » 

« Le réseau routier principal est praticable. Cependant, la circulation peut s’avérer dangereuse, notamment de nuit, en raison de la vétusté du parc automobile, de l’imprudence de certains conducteurs (excès de vitesse, conduite en état d’ivresse, etc.) et des risques d’attaque à main armée. » 

« Prévention des piqûres de moustiques : se protéger la journée comme la nuit, contre les piqûres de moustiques, possibles vecteurs de maladies parasitaires (paludisme) ou virales (Dengue, Phlebovirus) : vêtement à manches longues, sprays ou crèmes anti-moustiques, moustiquaires, diffuseurs électriques. » 

« La navigation de plaisance à partir des côtes kenyanes et au large du Kenya est formellement déconseillée en raison des risques liés à la piraterie. »

« évitez les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire). »

« évitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides. »

« Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez. » 

J’ai pas tout mis là (c’eut été redondant). Mais je fais un résumé rapide :

  1. Pour se déplacer sans risque il vaut mieux s’y prendre de jour, dans un avion, en choisissant la compagnie la plus chère.
  2. Pour manger sans risque il vaut mieux une chaîne de restauration internationale, acheter des boissons en bouteille, ne pas manger sur la terrasse.
  3. Pour aller à la plage sans risque il vaut mieux ne pas aller à la plage.
  4. Pour éviter les problèmes de santé, il vaut mieux dévaliser une pharmacie avant de partir (exemple) :
  • –          Bonjour M. le pharmacien !
  • –          Bonjour Nabolo !
  • –          Alors il me faudrait un anti-diarrhéique…
  • –          Oui…
  • –          Un anti-moustique (pour la peau ET pour les vêtements)…
  • –          Oui…
  • –          …des antipaludéens sans effets-secondaires-qui-laissent-des-séquelles-à-vie (les plus chers donc)…
  • –          Oui…
  • –          …des vaccins anti-fièvre jaunes et anti-hépatite A, B, C, etc.
  • –          Oui…
  • –          …et un anti-kidnappant.
  • –          Oui… Voilà, ça fera 4.509 euros et 47 centimes !
  • –          Hmm… Laissez tomber. Filez moi plutôt l’antistress là-bas, celui à 2 euros.
Parcourir le monde n’est pas sans risque, surtout lorsqu’on fréquente les zones infectées. Selon cette carte du siècle dernier, le Kenya se trouve en zone périlleuse.

Bref, vous l’aurez compris chers lecteurs de l’EXCELLENT Nabolo-blog (j’aime bien mettre des liens vers la page d’accueil, hop!), c’est tout un pays qui s’apprête à tenter de m’éliminer : des pickpockets guérilleros aux bactéries microscopiques en passant par les lions et les hippopotames (merci pour ton dernier commentaire Coco Lapin : j’ai failli croire qu’ils n’étaient pas dangereux), les pirates de la côte, les terroristes, les donneurs de biscuits empoisonnés, etc.

Compte tenu de leurs conditions de vie, c’est juste dingue que ce pays compte encore 40 millions de survivants.

C’est bien la preuve qu’ils sont tous de mèche.

PS (= un Peu de Sérieux): j’invite tous ceux qui s’inquiètent pour moi à rechercher « pine velue » sur google image afin de se soulager un peu de toute cette tension accumulée durant leur lecture. La nature fait vraiment des choses étonnantes.)

…ah et puis lisez aussi l’article précédent si c’est pas déjà fait !

Pin It on Pinterest

Share This