Sélectionner une page
avatar Affiche 1

Avatar le film (le dessin animé est aussi très bien :p )

Je sors du ciné et je suis encore tout émotionné ! Décidemment l’année 2010 commence bien pour moi niveau films (l’année 2009 avait mal fini sur « 2012« ) grâce à l’excellent « Invictus » de l’excellent Clint Eastwood, et aujourd’hui grâce à « Avatar », le film le plus vu au monde désormais… Ce qui m’enchante !

Quand je vais voir des blockbusters américains, c’est automatique, je les juge en fonction de l’impact qu’ils auront sur le public américain, un public naïf (sans trop s’enfoncer dans les généralités), très sensible aux messages véhiculés par les médias.

Avatar, qu’est-ce que c’est ? C’est le contrepied de Rambo ! Que de chemin parcouru en trente ans, et surtout les cinq dernières années !

L’intrigue d’Avatar est peut-être la même que celle de « Braveheart », « The Patriot » ou « Pocahontas » mais ce n’est pas l’important. L’important c’est qu’on y lit que les Américains (et autres bien sûr, mais ceux-là ont peut-être davantage encore besoin d’en prendre conscience) ont été salauds de bousiller les cultures amérindiennes. On y lit que la diplomatie est mieux que la guerre, qu’il faut respecter la nature… Toutes ces informations, entre fusillades et effets spéciaux, parviendront peut-être à pénétrer le cerveaux de jeunes Américains qui boivent les messages des médias comme leurs aïeux buvaient les paroles de Thomas Jefferson ou Benjamin Franklin. Il n’y a bien sûr pas que les Américains qui recevront le message… Et tout ça, ça me plait : j’attends avec impatience que les enfants jouent aux Indiens et aux Cowboys plutôt qu’aux Cowboys et aux Indiens (bon je sais sais qu’ils préfèrent la playstation mais vous avez compris l’idée…).

Pour ce qui est du divertissement qu’apporte le film, on n’aime ou on n’aime pas. Personnellement j’ai aimé : le visage de l’héroïne Na’vi est parfaitement animé, et le metteur en scène s’est vraiment cassé le cul pour coller bout à bout toutes ces scènes d’actions vertigineuses qui restent très cohérentes… Pour preuve, je n’ai relevé que quelques incohérences :

Incohérence numéro 1 : Ce n’est pas à proprement parler une incohérence, mais plutôt une maladresse, celle d’avoir engagé Franck Dubosc pour jouer le rôle du méchant colonel. Malgré sa grosse musculature on le reconnaît aisément… Même dégaine, mêmes clins d’œil.

Incohérence numéro 2 :  Lors d’une première confrontation on voit clairement que les vitres des hélicos humains sont pare-balles (et pare-flèches). Plus tard les vitres cèdent pourtant… Est-ce parce qu’il ne s’agit pas du même type d’appareil ? Ca paraît assez saugrenu…

franck dubosc avatar

Où est Franck? Où est le méchant colonel? Il y a deux photos de chaque, bonne chance pour les distinguer!!

Incohérence numéro 3 : Lorsque l’avatar et l’héroïne Na’vi font l’amour sous les arbres on voit rien, c’est nul.

Incohérence numéro 4 : La gentille marine qui se retourne contre l’armée humaine avec son hélico est équipée de missiles mais se contente de tirer à la mitrailleuse avant de tenter d’éviter les tirs de rockets adverses et, évidemment à force, d’exploser. Bizarre, comme comportement, non ?

Incohérence numéro 5 : A la toute fin, lorsque Franck Dubosc, encore dans sa machine-robot-sur-pieds, tient l’avatar en main (avec sa main gauche) il retire le couteau planté dans sa chaise avec sa main droite… Or, puisque le robot est censé réagir aux mouvements de ses bras, le bras droit du robot devrait suivre la même trajectoire et venir écraser la tête de Francky directement sur son siège… Une fin hilarante, digne de ses meilleurs sketchs ! Mais bizarrement le robot ne réagit pas.

L’autre message qui est véhiculé par le film, pourrait être celui-ci : on peut préférer une vie virtuelle à sa vie réelle… Décidemment, ce film est d’actualité, non ?

Pin It on Pinterest

Share This